Le Tibet, objet de folles passions dans la communauté chinoise (FESTIVAL)

104

Les responsables du «Festival Accès Asie» ont joué avec le feu en ramenant le débat sur le Tibet au centre de l’édition 2009. Une initiative qui a permis au Festival de marquer des points dans le milieu francophone québécois, mais qui n’a pas eu la même réceptivité auprès des Québécois d’origine asiatique.

En effet, si ce choix a eu le mérite de piquer la curiosité des francophones, la fondatrice et directrice artistique du Festival, Janet Lumb, a admis que l’audace de son équipe a suscité les foudres d’une frange de la communauté asiatique, notamment chinoise.

«Le mot Tibet» est «explosif» même à Montréal

Dans une entrevue-bilan accordée à l’Agence de presse «Média Mosaïque», Mme Lumb confie que «cela été un risque et, en réalité, cela a été difficilement acceptable pour certaines personnes dans la communauté chinoise à Montréal».

«La communauté chinoise est très diversifiée. Il y en a beaucoup qui ne sont pas dérangés par ça. Mais le problème: dès que vous dites Tibet, ça devient explosif», a expliqué Janet Lumb, elle-même Chinoise d’origine, née à Toronto.

La fondatrice et directrice artistique du Festival, d’ajouter : «dès qu’ils voient le mot Tibet quelque part: les gens de la communauté chinoise disent que c’est politique, sans même savoir la discussion, le point de vue ou de quel côté l’on se trouve».

Les Tibétains, sont-ils tous souverainistes?

Janet Lumb relativise cependant en soutenant que «même chez les Tibétains eux-mêmes, il existe une bonne part d’entre eux qui ont habité au Tibet, qui parlent chinois, mais qui ne veulent pas se séparer de la Chine.»

«Ils veulent plus de liberté surtout du point de vue culturel, religieux ou spirituel. C’est la position de plusieurs Tibétains qui ont pris la parole lors du festival», a noté la fondatrice du Festival Accès Asie.

Cette femme passionnée, qui fait connaître les Asiatiques au-delà de leur communauté d’origine au Québec, poursuit en affirmant que «ce sujet nous a fait gagner beaucoup en termes de nouveaux publics. La grande presse québécoise s’était montrée généreuse à notre endroit et j’étais très heureuse… (rires)».  

Janet Blum rapporte enfin que «le choix du Tibet nous a causé bien des surprises également dans les discussions à cause de la présence de certains Chinois mécontents. Nous avons perdu et gagné en même temps».

MEDIAMOSAIQUE.COM- Articles reliés

 » Percée du «Festival Accès Asie» chez les Francophones (ENTREVUE)

»  Accès Asie: la culture tibétaine à l’honneur

»  Célébrations: le Japon a le vent en poupe au Canada  

»  Visite d’une célèbre Vietnamienne à Montréal

»  Bombay/Attentats: colère dans la communauté indienne