Le MIDI fera très peu d’heureux avec Arrima

168

 

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Cette information a été révélée dans une déclaration sous serment déposée par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) dans le cadre d’une poursuite judiciaire.
Ces 400 dossiers représenteraient environ 1000 personnes, précise le sous-ministre Éric Gervais, dans ce document qu’a pu consulter Radio-Canada.
À l’occasion de la présentation du projet de loi 9, le 7 février, le ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette avait invité les candidats à l’immigration à déposer une déclaration d’intérêts dans Arrima, mis en place le 2 août 2018 par le précédent gouvernement.
Ce dispositif permet ainsi de sélectionner les candidats répondant le plus rapidement aux besoins du marché du travail dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés (PRTQ).
Le système Arrima a cependant été suspendu jusqu’à l’adoption du projet de loi.
Le document consulté permet de conclure qu’une fois la suspension levée, ce sont donc en tout 400 dossiers qui seront acceptés sur les 90 000 déposés depuis le 2 août dernier.
Arrima permet de faire une déclaration d’intérêts, première étape pour un potentiel nouvel arrivant, qui doit indiquer différents renseignements personnels, mais également mentionner s’il dispose déjà d’une offre d’emploi au Québec et s’il compte s’établir en région.
Avec Arrima, avait promis le ministre Jolin-Barrette, les délais d’attente seront réduits à 6 mois et les immigrants pourraient répondre adéquatement aux besoins du marché du travail.
Le ministre Jolin-Barrette a également l’intention d’annuler les 18 000 dossiers d’immigration antérieurs à ce système, qui sont toujours en attente dans les bureaux du MIDI.
Le porte-parole du ministre, Marc-André Gosselin, affirme ne pas être « en mesure de commenter ce qui se dit » dans le cadre de la poursuite judiciaire.
Le PEQ privilégié
Dans son plan d’immigration pour 2019, dévoilé en décembre, le ministre Simon Jolin-Barrette prévoit sélectionner entre 12 500 et 15 000 travailleurs qualifiés, contre plus de 30 000 entre 2015 et 2017.
Les immigrants économiques, choisis par Québec, proviendront principalement du Programme de l’expérience québécoise (PEQ).
Celui-ci permet à des personnes travaillant déjà dans la province, sous certaines conditions, d’obtenir plus rapidement un Certificat de sélection du Québec (CSQ), dans le but de devenir résident permanent du Canada.
« Plus de 12 000 CSQ devront être émis dans le PEQ », dit le sous-ministre, contre environ un millier par Arrima.
« Il a été décidé, en janvier 2019, d’émettre des CSQ seulement pour les demandes d’ajout de conjoints et d’enfants à charge, ainsi que pour les demandes ayant été présentées au ministre avant le 6 décembre 2011 », ajoute-t-il.
Depuis le début de l’année 2019, environ 700 Certificat de sélection du Québec (CSQ) ont été délivrés dans le cadre du PRTQ.
Cela représenterait environ 280 dossiers, un dossier représentant environ 2,5 personnes, selon des données du MIDI.
Près de 120 000 postes sont actuellement vacants dans la province.

Agence Médiamosaïque avec Radio-Canada

 

**VIVRE-ENSEMBLE: ACTIVITÉS 16 MAI