Le Canada, peu compétitif à l’étranger en affaires sans la diversité (CONGRÈS CCQ)

592

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Sans l’expertise des professionnels issus de la diversité, les gouvernements du Québec et du Canada, les villes, de même que les entreprises canadiennes, auront toujours de la difficulté à briller sur le marché international, tel est le point de vue défendu par le président du Carrefour des Communautés du Québec (CCQ), Christian Martin.

 La diversité incontournable, comment?

« C’est impossible de prétendre obtenir les meilleurs contrats en Chine ou au Vietnam quand vous ignorez totalement la culture d’affaires, la rigidité ou la pexplexité du système juridique de ces pays. Vous devez absolument avoir un Canadien d’origine chinoise ou vietnamienne au sein de votre délégation », a martelé M.Martin. 

Le No 1 du CCQ presse les gouvernements et les entreprises canadiens de recruter des immigrants, maîtrisant à la fois la culture d’affaires du Canada et celle du marché convoité, pour pouvoir «décoder les non-dits , le « oui » du Chinois ou du Vietnamien pour mieux saisir les opportunités du marché international ».

Contexte du plaidoyer

Christian Martin intervenait lors du premier congrès tenu par son organisme le 30 octobre dernier à Montréal. Une initiative qui visait à permettre aux participants de se faire une idée du niveau d’intégration ou de la place qui revient actuellement aux minorités évoluant notamment dans la grande région métropolitaine de Montréal.

Près d’une centaine de personnes avaient pris part à cette conférence du Carrefour des Communautés du Québec au cours de laquelle, mis à part, Christian Martin, les députés fédéral et provincial, respectivement Alexandra Mendes (Brossard-La-Prairie) et Emmanuel Dubourg (Viau), avaient également fait office de panélistes.

Le business: une bouée de sauvetage

En effet, la députée fédérale de Brossard-La-Prairie intervenait justement autour du thème « la place des communautés dans le Grand Montréal/ville internationale », tandis que l’élu du comté de Viau mettait l’accent sur les possibilités qui s’offrent à un immigrant désireux de réussir son intégration au Québec par le truchement de l’entrepreneurship.

M.Dubourg a énuméré une litanie d’organismes subventionnés en ce sens par le gouvernement libéral. L’adjoint parlementaire au ministre des Finances s’est également permis de vanter son PM Jean Charest qui a facilité l’adoption du «Fonds Afroentrepreneurs». Il a précisé que cette enveloppe budgétaire de plus de 2,5 millions de dollars  est accessible, non seulement aux entrepreneurs issus des Caraïbes, de l’Afrique noire, mais également aux ressortissants du Maghreb.

À noter que, le CCQ prône un meilleur vivre ensemble entre les différentes communautés via surtout les thématiques de l’économie et de la finance. Ladite association avait réuni, lors de ce congrès,  tenu pendant un peu plus de trois heures d’affilée, une assistance composée majortairement de professionnels, de responsables de médias, de leaders de plusieurs regroupements communautaires, de retraités, avait constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaïque.

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés :

 

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Gérard Philis ( Le président de Carrefour des communautés du Québec, Christian Martin, à droite, la députée de Brossard, Alexandra Mendes, à gauche, et le député de Viau, Emmauel Dubourg, au centre, lors du congrès du CCQ au Holiday Inn Select sis au 99 de la rue Viger à Montréal )