La muse du groupe Arcade Fire influencée par Haïti

42

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Le très attendu quatrième album d’Arcade Fire, Reflektor, est désormais disponible dans les bacs. Reflektor et particulièrement le titre «Here comes the night time» illustrent les expériences vécues par le groupe montréalais lors de ses séjours en Haïti.

Il s’agit d’un album double très chargé dans lequel on retrouve de nouvelles influences : des rythmes plus soutenus, plus disco sans oublier l’effet du rara haïtien qui sont omniprésents dans ce nouvel opus du groupe musical canadien.

Arcade Fire inspiré par Haïti

Le leader de l’ensemble, Win Butler, et sa conjointe, la multi-instrumentiste d’origine haïtienne, Régine Chassagne, se sont notamment rendus en Haïti et en Jamaïque dans le cadre de la conception et la réalisation du successeur de l’acclamé «The Suburs », couronné d’un prix Grammy en 2011.

En entrevue avec le magazine Rolling Stones plutôt cette semaine, Win Butler soulignait que les chansons sur Reflektor et plus particulièrement «Here comes the night time» illustrent les expériences vécues par le groupe lors de multiples séjours en Haïti, notamment au très populaire carnaval de Jacmel.

Devant une foule du quartier Little Haiti, à Miami, le chanteur d’Arcade Fire, Win Butler, a lancé le jeudi 24 octobre dernier que son groupe n’aurait pas pu réaliser son nouvel album sans Haiti.

Arcade Fire n’a pas lésiné sur les moyens cette semaine pour créer un buzz avant la sortie de l’album Reflektor paru le mardi 29 octobre.

Le groupe a récemment mis en ligne notamment sur YouTube une nouvelle chanson, « Afterlife », sur des extraits d’«Orfeu Negro », transposition brésilienne du mythe d’Orphée par Marcel Camus et Palme d’Or en 1959 à Cannes.

Par Guilloteau FRANÇOIS