Montréal-Nord: la mairesse boit de la soupe joumou

1819

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE)  Pour montrer ses affinités avec l’imposante communauté haïtienne qui élit domicile dans son arrondissement, la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, se met en mode fusionnel avec les Haïtiens en s’ajustant aux us et coutumes de ces derniers qui dégustent ordinairement dans leurs foyers, chaque 1er janvier, de la soupe au giraumon (soup joumou, en créole).

« Commencer l’année avec une bonne soupe joumou! Bonne année à tous et bonne fête de l’indépendance à mes amis/amies haïtiens! 🎉🥳 Que cette nouvelle année vous amène tout ce que vous désirez! », a écrit Mme Black qui a, en effet, créé la surprise en postant sur sa page Facebook la photo susmentionnée pour souligner l’événement avec les hashtags qui suivent en créole « ❤️ #miam #soupejoumouchallenge #tradition #sepabouyon », a rapporté l’Agence de presse Médiamosaïque.

Traditionnellement, qu’ils soient installés à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, les natifs de la «Perle des Antilles» ne négocient jamais pareille consommation dont le menu et le symbolisme se transmettent de génération en génération.  Et comme un rituel de la fulgurante épopée de 1804, ladite soupe, qui était interdite aux esclaves du temps de la colonie, rappelle, en effet, des souvenirs douloureux évacués par l’acquisition de l’indépendance nationale, les armes à la main, contre la puissante armée de Napoléon Bonaparte.

La légende rapporte que la soupe au giraumon (un savoureux mélange de giraumon, bien sûr, de pommes de terre, de céleri, de poireaux, de macaroni, d’ignames, de malanga) étaient réservée aux colons français qui administraient la colonie. Un mythe déboulonné dès le premier jour de l’indépendance qui coïncide avec le début de la nouvelle année, où les Haïtiens, devenus les nouveaux maîtres de l’Île, en consomment avec avidité, joie et fierté.

Ce 1er janvier 2019 ramène le 215e anniversaire de cette épopée unique qui a consacré la naissance de la première République noire du monde. Un haut fait d’armes qui a marqué l’histoire de la planète. Ce qui a fait dire à l’illustre Martiniquais, Aimé Césaire, et nous le citons: «Haïti, là où la Négritude s’est mise debout pour la première fois ».

SUR LE MÊME SUJET:

MIBIEXPO – COUVERTURE SPÉCIALE:

RJCCQ: Entreprendre en région

À LIRE AUSSI:

QUÉBEC – CAMPAGNE ÉLECTORALE 2018 

AUTOUR du 6e Gala du Vivre-Ensemble

**VIVRE-ENSEMBLE: ACTIVITÉS 16 MAI