La «petite reine du konpa», Misty Jean, s’essaye au cinéma

240


L’énergique et sensuelle Misty Jean, qui a fait irruption sur la scène du konpa à l’orée des années 2000, tente à présent sa chance au cinéma.

Misty sur grand écran

En effet, pour le meilleur ou pour le pire, la jeune femme, qui se fait depuis quelques années, l’érégie de l’étiquette «Kreyòl Music» a fait bel et bien le saut dans le domaine du septième art.

L’information a été d’ailleurs communiquée par courriel à l’agence de presse «Média Mosaïque» par le responsable de «Kreyòl Music» lui-même, en l’occurrence, Jeff Wainwright.

« Le prix à payer »

Tel est le titre de ce film dont le sexe, le mensonge, la violence, constituent la toile de fond. Selon M.Wainwright, la sortie officielle de ce long métrage, en grande première, est pour l’instant fixée au mois de mars 2009.

« Le prix à payer », qui met en vedette Misty Jean, est une production signée du réalisateur de Floride, Junior Mora Étienne, qui rappelons-le, n’est pas à son coup d’essai.

À part Junior Mora Étienne, qui lui aussi joue dans ce film, plusieurs nouveaux visages ou acteurs y ont également participé, entre autres, Marson Sam, Louise Dartiguenave, Isaac Antoine.

Taillé sur mesure pour Misty Jean

Par ailleurs, Misty Jean, dont les relations professionnelles (ou sentimentales?) ont été rompues avec l’enfant terrible du rap haïtien, Top Adlerman, est depuis quelque temps la «lead vocal» d’un ensemble musical.

Sous la houlette du très expérimenté Robert Martineau (le père des Martineau du groupe T-Vice), un orchestre a été taillé sur mesure pour Mme Jean, qui, en passant, aime bien exhiber ses attributs à travers ses tenues hautement suggestives.  

 

http://www.youtube.com/watch?v=gqH_cgDMEq8