La FPJQ condamne le « départ forcé » d’Alain Saulnier à Radio-Canada

29

MONTRÉAL – La FPJQ assimile à un « départ forcé » la démission du directeur général de l’information de Radio-Canada. Selon la FPJQ, cette décision serait « une première salve des conservateurs dans leur bataille pour réduire la taille, l’influence et le budget de Radio-Canada ».

 

Ottawa mise à l’index

Tout en condamnant ce qu’elle a qualifié de « mise à la porte », annoncée officiellement plutôt comme un « départ » par la SRC, la Fédération, qui redoute en filigrane une éventuelle intrusion d’Ottawa, dit craindre « plus que jamais qu’on saborde le mandat d’information du diffuseur public » à un moment où Radio-Canada vit sous la menace de « compressions importantes ».

 » La FPJQ se demande d’ailleurs si les attaques incessantes des conservateurs au pouvoir à Ottawa contre Radio-Canada, qu’ils tiennent responsable en partie de leurs insuccès électoraux au Québec, n’auraient pas un lien avec le départ forcé d’un défenseur de l’indépendance de la société d’État « , poursuit la note de la FPJQ dont une copie a été reçue à l’Agence de presse Médiamosaïque.

 

Hommage spontané (Voir vidéo en-dessous)

À part la FPJQ, qui a vanté le travail, dit-elle, de ce  » défenseur acharné de l’information de qualité et d’un journalisme rigoureux et sans complaisance », ce congédiement semble avoir sonné également le personnel de la salle des nouvelles de Radio-Canada qui a rendu un hommage spontané à M.Saulnier qui doit laisser officiellement ses fonctions à la mi-mars.

En effet, dès que la nouvelle a été rendue publique, les membres de la salle des nouvelles ont salué, à leur manière, le passage de ce journaliste de formation qui a marqué son règne dans le domaine médiatique du service public canadien.

 

Michel Cormier à la barre

Entretemps, vingt-quatre heures après l’annonce du congédiement d’Alain Saulnier, qui assumait la fonction depuis 2006,  le vice-président principal de Radio-Canada, Louis Lalande, a rendu public le nom du successeur de ce dernier. Il s’agit du journaliste Michel Cormier.

Ce natif du Nouveau-Brunswick, qui a roulé sa bosse à titre de correspondant de Radio-Canada notamment en Russie, en France, en Chine, a également travaillé pour la boîte au Québec et en Ontario. Michel Cormier était, jusqu’à sa nouvelle nomination, directeur du bureau acadien de la SRC.

 

Sur le même sujet:

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOTHÈQUE MEDIAMOSAÏQUE/ (En haut, au centre, le nouveau vice-président principal des services français de Radio-Canada, Louis Lalande, entouré, à gauche, d’Alain Saulnier et de Michel Cormier à droite)