La famille maghrébine plus soudée à l’extérieur qu’à l’intérieur de la région natale?

143

Fixé dans son pays d’origine, le Tunisien ignore souvent les ressemblances culturelles qui le rapprochent de la grande famille maghrébine. Le scénario n’est pas différent pour un autre compatriote de la région, a témoigné le consul tunisien en poste à Montréal, Imed Sassi.

 

La solidarité s’impose à l’étranger

Cependant, tout bascule quand le Marocain, l’Algérien, le Libyen, le Mauritanien et le Tunisien se rencontrent à l’étranger. «Quand ils sont ailleurs ou à l’extérieur de la région, ils se rendent automatiquement compte qu’ils sont tous issus de la même famille», a laissé entendre M.Sassi.

«Vous rencontrez un Marocain, un Algérien sur la rue Ste-Catherine à Montréal, en tant que Tunisien, vous sentez qu’il s’agit d’un frère et que c’est votre région. Vous n’avez pas besoin de lui faire une introduction ou un historique, lui aussi, le courant passe rapidement, et cette proximité devient plus évidente quand on est loin de la région natale», a-t-il poursuivi.

 

À quand l’unification ?

Selon Imed Sassi , les populations concernées l’ont compris et les politiques ne peuvent que se plier à la donne. Toutefois, a-t-il nuancé, «il faut être réaliste, des projets d’unification et d’intérêt commun, ça prend plus qu’une génération».

Évoquant le modèle d’intégration européen bien connu, le diplomate a soutenu que le Vieux continent «a commencé avec une toute petite idée de De Gaulle comme ça et ça a pris plus que cinquante ans et jusqu’à nos jours cela tarde à se concrétiser véritablement comme prévu».

Le représentant du gouvernement tunisien dans la métropole québécoise croit qu’un scénario similaire risque de se reproduire dans le cas du Maghreb, meme s’il dit «rester convaincu que cela peut prendre des générations pour concrétiser l’unification».

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com (De gauche à droite, sur le panel, le consul de la Tunisie à Montréal, Imed Sassi, en cinquième position, justement devant le drapeau tunisien. Il participait à FID 2010 à l’Espace tunisien de la famille à Montréal)