La cote d’amour entre la SRC et les communautés : est-elle réciproque?

565

Elle n’est jusque-là pas réciproque, a elle-même admis la directrice du nouveau département «Diversité à l’antenne» à Radio-Canada, Hélène Parent qui a, paradoxalement, reconnu que « la radio de Radio-Canada est la radio la plus écoutée dans les communautés culturelles au Québec».

 

Un auditoire pourtant négligé

Commentant, en entrevue à l’Agence de presse «Média Mosaïque», cette quasi-omniprésence de la SRC dans les foyers d’immigrants au Québec, Mme Parent, qui fut, il n’y a pas longtemps, directrice de la Première chaîne de Radio-Canada, précise que «la raison est simple : c’est parce que nous sommes la radio qui donne le plus d’informations internationales». 

«On sait que ce sont des gens qui nous aiment, c’est une raison de plus de travailler main dans la main avec les gens des communautés  culturelles», a-t-elle désormais envisagé tout en affirmant que les immigrants regardent également, souvent pour les mêmes motifs, le Réseau de l’information (RDI).

La responsable de «Diversité à l’antenne» reconnaît toutefois que Radio-Canada n’a pas fait assez et se doit d’en faire plus pour tisser et approfondir ces liens avec la diversité qui est, à toutes fins pratiques, peu visible à l’antenne et dans le personnel de cette institution dont les frais sont couverts à même les taxes des contribuables.

 

Un «séisme» pour changer les perceptions?

Fallait-il un tremblement de terre d’une telle magnitude pour changer les perceptions? En tout cas, Mme Parent a, elle-même, avoué que «cette crise qui a ravagé Haïti a permis à Radio-Canada de découvrir à travers RDI comment il y avait plein de gens de gens de qualité, brillants, articulés dans la communauté haïtienne en particulier».

Tout en reconnaissant que chaque communauté culturelle dispose d’autant de gens de qualité et de cadres évoluant encore dans l’ombre, Hélène Parent dit tirer la conclusion que «Radio-Canada se doit désormais d’être capable de les rejoindre, de les retrouver.»

 

Diversité au-delà des visages

Mme Parent, d’ajouter, «quand vous parlez d’une image plurielle de Radio-Canada, je suis convaincue que la société est rendue là et il faut être capable de prouver que nos antennes soient capables de donner écho à ce monde-là qui est le public de Radio-Canada».

«Diversité cela sous-entend également une diversité d’opinions, une diversité de provenances d’opinion. C’est pas juste d’en prendre un visage, mais c’est dans des contenus. On est un média public et on doit ressembler au public davantage», a-t-elle conclu.

 

À venir :

  • Un «cercle vicieux» entre les communautés et les RH de Radio-Canada

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com (En haut, une vue de la facade de la tour de Radio-Canada sur le boulevard René Lévesque)