La claque du 7 avril pousserait le PQ à être enfin «ouvert sur la diversité»

46

Alexandre Cloutier, ancien ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) –  L’ex-ministre Alexandre Cloutier avoue que son parti est «déconnecté», non seulement de la «diversité», mais également «des jeunes et de la population en général».

« On doit avoir un discours qui parle aux jeunes, ouvert sur l’autre, sur la diversité », a lancé le parlementaire, l’un des plus jeunes de sa formation politique, qui a admis que le dossier de la Charte des valeurs a enfoncé le couteau dans la plaie. « Tu ne peux pas avoir 25 % d’appui populaire et prétendre du même souffle répondre aux aspirations des Québécois », a comparé le député de Lac-Saint-Jean.

Alexandre Cloutier, dont les extraits sont rapportés par l’Agence de presse Médiamosaïque, réagissait au lendemain de l’élection du 7 avril. Il dit noter lui-même que le PQ n’écoute et ne représente plus les jeunes en particulier « qui sont ouverts sur le monde, qui voyagent beaucoup et qui parlent une deuxième ou une troisième langue. »

« Vous aurez compris qu’on aura une sérieuse réflexion à avoir sur le contenu même de cette charte. Il y a des éléments qui pouvaient davantage rassembler. Je pense qu’on aurait dû se concentrer sur ce qui faisait davantage consensus. En politique, il me semble que lorsqu’on peut rassembler 80 % à 90 % des appuis, on a tout avantage à le faire », a-t-il regretté.

Selon l’ex-ministre des Affaires gouvernementales de Pauline Marois, le PQ a un énorme travail de consultation et de réflexion à faire sur plusieurs autres enjeux afin de redevenir « le parti des gens ».

Écoutez Alexandre Cloutier au micro de ICI Radio-Canada Première

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés