Kerlande succède à Farah: une dynastie de femmes à la barre de la JCCH?

418

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – L’élection d’un nouveau CA en avril dernier n’a pas dérogé à la quasi-norme sévissant au sein de la JCCH. Proactives dès le lancement de cette association, les jeunes professionnelles de la communauté haïtienne ont toujours la haute main sur les destinées dudit organisme.

Dans la brève histoire de la JCCH, qui vient de boucler ses cinq premières années d’existence, la tutelle féminine ne se borne pas uniquement à la présidence. Elle étend également ses tentacules sur la totalité ou presque des rouages d’influence de la direction.

À preuve, sur les douze postes à pourvoir au sein du conseil d’administration coiffé actuellement par Kerlande Mibel, huit sont occupés par des femmes, trois seulement reviennent aux hommes, l’autre est pour l’instant vacant. Où sont passés les hommes? Telle est la question!

À la décharge de l’institution, et contrairement à d’autres associations à but non lucratif ou similaires au sein desquelles les dirigeants demeurent quasiment inamovibles, la JCCH peut s’enorgueillir d’avoir conçu et fait respecter un catéchisme de gouvernance tout à fait démocratique, tient à faire remarquer l’Agence de presse Médiamosaïque.

Une présidente (voyons! un président) est élu(e) pour un mandat d’un an. Idem pour tout le reste du CA qui doit également recevoir l’onction de la majorité des membres en règle de l’organisation. Ainsi, le message véhiculé à travers ce billet ne vise du tout pas à faire le procès des femmes, au contraire, la balle est plutôt dans le camp des hommes.

Ces derniers ont encore du chemin à faire. Ils n’ont pas non plus de reproches à faire aux femmes, vu que l’association se porte jusque-là à merveille. Aux hommes donc de s’impliquer et de prouver qu’ils ont surtout du leadership! Car, dit-on, «les femmes sont réputées mieux organisées que les hommes». Est-ce vrai?

D’autres diraient probablement qu’une démocratie qui fonctionne uniquement sur ses pieds féminins est une démocratie boiteuse. Mais, ce qui importe ici, c’est de faire avancer l’organisme dans la bonne direction, voilà pourquoi, nous disons à l’unisson: «bravo et bonne chance» à Kerlande et à toute son équipe!

 

 

MEDIAMOSAIQUE.COM-Articles reliés

  1. Le CA (2009-2010) de la JCCH en images
  2. «Carrefour d’affaires au féminin» chez «Carrefour Desjardins»
  3. Leadership SP: Stéphanie R-Bougie lauréate
  4. Démonstration de leadership: le REPAF fait salle comble au Club St-James
  5. Les Africains proclament: Desjardins, «championne de la diversité»
  6. JCCH-Gala d’Excellence: les Obama 2009 de la communauté haïtienne
  7. JCCH 2009: jury et public votent Katleen Félix
  8. Beverly Salomon: jeune haïtienne et propriétaire de quatre Jean Coutu?
  9. Démarrer en affaires demain et millionnaire une semaine après
  10. Le marocain de l’AJPM devient «maghrébin»
  11. 400 000 dollars pour une franchise KALALU
  12. Naima Mimoune: de la politique à la restauration
  13. La femme qui avait «la meilleure job» à Montréal jette l’éponge

 

(Photo) Trois ex-présidentes de la Jeune chambre de commerce haïtienne (JCCH), respectivement, de gauche à droite, Farah St-Preux, Maudeleine Myrthil et Stéphanie Raymond-Bougie.