Justice pour « JeanDo » et prison pour « Baby Doc » (MONTRÉAL-HAÏTI)

140

Par Michèle Gédéon et Fernand Jean-Louis

Montréal- Double commémoration de la date du 3 avril dans la communauté haïtienne de Montréal. Des voix féminines, réclamant justice pour le feu Pdg de Radio Haïti-Inter et la prison pour l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier, ont résonné fort dimanche dernier au resto Tributerre, ont constaté deux journalistes de l’Agence de presse Médiamosaïque.

Organisé par la « Maison d’Haïti », ce rassemblement se voulait, à la fois, une manifestation en faveur des femmes victimes du régime de terreur imposé par les  Duvalier et une commémoration de la date du 3 Avril 2000, journée au cours de laquelle le journaliste et propriétaire de la station de Radio Haïti, Jean Dominique et son chauffeur Jean-Claude Louissaint ont été tous deux assassinés à Port-au-Prince.

Monique Dauphin, qui s’occupe des femmes à la « Maison d’Haïti », a, d’entrée de jeu, fait remarquer qu’une telle activité vise à sensibiliser le public autour de l’existence de la « journée nationale du mouvement des organisations de femmes haïtiennes ». C’est aussi une façon pour nous, a-telle poursuivi, d’insister sur le parcours de JeanDo qui avait ouvertement affiché son appui à la lutte des femmes.

Sous le titre « Sur les pas de nos héroïnes », les organisatrices ont rendu un vibrant hommage aux feues combattantes d’ici et d’ailleurs du mouvement féministe haïtien, telles que la romancière Paulette Poujol Oriole, Conceptia Liliane Denis Ouinsou, la grande femme béninoise d’origine haïtienne, etc., dont l’engagement et la persévérance en faveur du droit des femmes ont laissé un précieux héritage au progrès de la lutte des femmes.

Les organisatrices ont par ailleurs fait défiler plusieurs femmes victimes du séisme du 12 janvier 2010. Sous le pseudonyme « le cercle des endeuillées », ces femmes qui se sont vêtues folkloriquement à l’haïtienne ont chanté et mimé au rythme du tambour haïtien des chants lugubres pour rappeler les tristes et douloureux moments de cette terrible tragédie qu’elles ont vécue.

Il a été aussi l’occasion d’entendre les témoignages de quelques femmes emprisonnées, maltraitées, battues et exilées sous le régime de terreur de Duvalier. Ces femmes, entre autres, Françoise Boucard, Bellard Elizabeth Philibert, etc., ont invité l’assistance et tous ceux qui ont été, d’une manière ou d’une autre, victimes du régime des Duvalier, à porter plainte auprès des instances judiciaires contre l’ex-dictateur haïtien, Jean-Claude Duvalier, présent actuellement en Haïti.

La présence sur les lieux des candidats Viviane Barbot (Bloc québécois) et de Justin Trudeau (Parti libéral du Canada) a été signalée dans l’assemblée. Est-ce en signe de sympathie pour les femmes ou pour s’attirer le vote des potentiels électeurs de la communauté haïtienne? Une question qui ne leur a pas été posée en raison de leur départ hâtif.

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com (Des participantes sur la tribune lors de cette activité organisée par la Masion d’Haïti le dimanche 3 avril 2011 à Tibuterre à Montréal)