JCCH 2009: jury et public votent Katleen Félix

621

Kathleen Félix a été doublement récompensée en devenant «jeune professionnel» du «Gala de l’excellence» version 2009 de la JCCH et en remportant le vote du public «Coup de cœur» le 28 février dernier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Soucieuse de contribuer en vue de la création d’institutions aptes à mieux régir les rapports entre Haïti et sa diaspora, la jeune femme a quitté son emploi dans le quartier Wall Street pour poursuivre une carrière avec «Fonkoze (une institution vouée à la micro-finance dans les domaines de l’assurance, de l’épargne, du crédit en milieu rural) et la Banque interaméricaine de développement en Haïti.

 

En entrevue à l’Agence de presse «Média Mosaïque» quelques instants après avoir reçu ses trophées, modeste, Mme Félix n’a pas été capable de préciser les raisons ayant motivé la décision du jury, vu que, « les évaluateurs ont eu un choix très difficile parce que les autres candidats étaient des gens très qualifiés», a-t-elle, du coup, lâché.

Cependant, s’est-elle empressée d’ajouter un peu plus loin, «ma feuille de route dans la micro-finance et le fait de la mettre au service de la communauté et ce depuis quelques années, m’a sans doute permis de me démarquer par rapport aux autres postulants».

S’agissant du trophée obtenu exclusivement grâce au vote du public, Kathleen Félix avoue en rigolant avoir «un assez bon réseau sur Facebook. J’ai invité tout le monde à voter pour moi et le résultat vient de prouver que cela marche rondement».

À la question : comment vous sentez-vous le fait d’avoir reçu la bénédiction et du jury et du public dans le cadre de cet événement majeur par le biais duquel la Jeune Chambre récompense les talents de la communauté haïtienne souvent méconnus de la société québécoise, Mme Félix, de répondre : «je suis de celles qui croient qu’on peut changer Haïti et gagner sa vie à la fois».

«Je suis de celles qui croient que la jeunesse peut faire une différence. Je suis de celles qui croient que si on veut changer il faut faire le premier pas. Moi, j’ai fait le premier pas, j’ai quitté le monde corporatif et je travaille pour Haïti maintenant et je réussis bien. Donc, je suis heureuse qu’on reconnaisse que c’est possible!», a conclu la diplômée en finance et gestion internationale à HEC-Montréal et fondatrice du chapitre new-yorkais du Réseau HEC.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM vous suggère:

Les Obama 2009 de la communauté haïtienne


(PHOTO) Kathleen Félix pose pour le photographe de «Média Mosaïque» (Hubert Molaire)