Irruption remarquée d’étudiants au brunch d’Emmanuel Dubourg

520

MONTRÉAL – Une vingtaine d’étudiants ont bruyamment fait irruption au buffet Le Rizz le 25 septembre pour y manifester alors que le député de Viau s’apprêtait à clore son brunch annuel qui avait réuni près de 500 personnes, avait constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaïque.

 

Objectif: perturber!

« On est là pour nous opposer à l’augmentation des frais de scolarité. On représente 38 000 étudiants de l’Université de Montréal et on proteste contre cette hausse. Il y a des milliers d’étudiants qui auront du mal à avoir une profession à cause de leur endettement qui atteint des sommets », a déclaré à nos micros la coordonnatrice aux affaires externes de la FAECUM, Mireille Mercier-Roy.

À son avis, « le fait de financer les activités du Parti libéral au pouvoir, comme c’est le cas dans le comté de Viau, c’est accepter cette hausse, c’est accepter qu’il y ait des étudiants qui ne pourront pas aller à l’université et pour nous les étudiants c’est inacceptable !»

Questionnée sur l’impolitesse de ses collègues manifestants, Mireille Mercier-Roy s’en fout complètement. Selon elle, « l’objectif même de notre présence c’est de déranger et perturber pour faire passer notre message auprès des gens qui sont là et : mission accomplie! »

Même réaction de la part  d’un représentant-étudiant du Cégep Ahuntsic qui affirme que ce genre d’activités fait partie d’une campagne qui mobilise toutes les associations d’étudiants à l’échelle de toute la Province du Québec.

« Personne ne nous entend. On savait qu’il y avait une activité ici et nous sommes venus crier notre désespoir et le fait que M.Dubourg soit un membre du Parti libéral au pouvoir, il va lui-même délivré le message auprès de M.Charest », a-t-il poursuivi.

Réactions du député de Viau

« C’est tout à fait inacceptable de la part des étudiants. Ils sont rentrés, ils ont bousculé des gens. J’ai des personnes de plus de 85 ans qui sont dans la salle qui n’ont jamais vécu ce genre de situations-là dans leur vie, c’est inacceptable », a protesté le parlementaire dont le staff a dû faire appel à la police.

S’il admet que « c’est leur droit de manifester puisqu’on est en démocratie », le député refuse cependant d’accepter une telle intrusion parce que, a-t-il fait valoir, « je fais une activité privée. Des étudiants n’ont aucunement ce droit de venir perturber, déranger, monter sur les chaises et sur les tables comme ça! »

« S’ils ont le droit de faire valoir leurs droits, moi aussi, j’ai le droit d’inviter mes amis, mes collaborateurs, mes proches à une activité privée. C’est impoli, les gens ont compris, parce que ces étudiants-là ne sont pas en train d’aider leur cause », a interprété le député qui recevait le plein appui de ses partisans lors de cette activité dans l’Est de Montréal.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Hubert molaire (En haut, la coordonnatrice aux affaires externes de la FAECUM, Mireille Mercier-Roy.’un représentant-étudiant  du Cégep Ahuntsic. En bas, les manifestants en face du buffet Le Rizz sur la rue Jarry-Est ).