Immigrer n’autorise pas de se faire «traiter comme du bétail»

827
MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Sortie remarquée de l’ex-délégué général du Québec à Tokyo (1994-2000), Jean Dorion, suite à l’annonce du gouvernement du Québec. En effet, par la voix du ministre Simon Jolin-Barrette, la Belle Province envisage de rayer 18 000 dossiers d’immigration non traités. Une décision qui n’a pas manqué de surprendre, voire choquer plus d’un.
C’est ni plus ni moins «Traiter des êtres humains comme du bétail», a réagi avec fracas, sur Facebook, l’ex-député bloquiste (2008-2011) qui ne peut comprendre la justesse d’une telle décision quand on connait les efforts titanesques déployés par une famille, souvent pendant plusieurs années, pour pouvoir finalement immigrer dans un pays étranger.
«Des milliers de rêves détruits arbitrairement, après parfois des années d’attente. Et après d’importantes dépenses, en plus du 1000$ (environ) exigé pour l’inscription : par exemple, celles payées pour suivre des cours de français.», a énuméré le politicien à la retraite et ancien président de la Société Saint-Jean Baptiste, reconnu pour ses liens de proximité avec la diversité.
Est-ce ainsi que le nouveau premier ministre François Legault se propose de « Redonner aux Québécois la fierté »?, s’est demandé ironiquement le lauréat du prestigieux Palmarès TOP 20 de la Diversité en concluant qu’«Y a pas de quoi être fiers!».

AUTOUR du 6e Gala du Vivre-Ensemble

**VIVRE-ENSEMBLE: ACTIVITÉS 16 MAI