HOLI 2018 – Clin d’œil sur la communauté indienne

358

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – CELEBRATION de HOLI 2018 à Montréal! Cette tradition indienne a été célébrée le 4 mars dernier au temple hindou de Montréal. Qu’en est-il du symbolisme de cette fête aux yeux des communautés venues de l’Inde?

Chaque année, Holi est fêtée partout en Inde, du Nord au Sud, ainsi que par les communautés indiennes à l’étranger. Cette fête religieuse hindoue, qui marque la fin de l’hiver et le début du printemps, est célébrée au cours de la pleine lune du mois de Phâlguna (février-mars). Le jour de Holi, tout le monde se jette des poudres et de l’eau colorées dessus.

Du Nord au Sud de l’Inde, – et même dans les communautés indiennes à l’étranger, comme au Népal, à Maurice ou même Rotterdam –, hindous et non-hindous se retrouvent pour fêter Holi. Cette fête revêt une dimension symbolique puisque pendant quelques jours les barrières sociales tombent, et hommes et femmes sont égaux.

Le festival des couleurs rassemble toutes les castes sociales. Holi a un puissant esprit fédérateur : l’arrivée du printemps est l’occasion de pardonner à ses ennemis et de manifester son amour à ses proches et ses amis.

Holi est également appréciée pour ses vertus « médicales ». En effet, les Indiens, soutenus par les théories des biologistes, croient à l’action purifiante de la coloration utilisée dans la peinture, qui, une fois répandue sur le corps, pénètre dans les pores. Le contact entre la coloration et les pores aurait pour effet de renforcer les défenses naturelles du corps et de l’embellir.

Holi est aussi l’occasion d’un grand nettoyage de printemps. Les maisons sont nettoyées, la poussière balayée et les bactéries éradiquées. Vive la vie en couleurs !

Cr Photos Monika Spolia (Bharat Times)
Mediamosaïque/Routard