Harper: l’homme fort « incontestable et incontesté » du Canada (FÉDÉRALES 2011)

852

La Rédaction (Papier d’angle)

MONTRÉAL – Après avoir fait miroiter un tel cadeau à deux reprises à Stephen Harper, les Canadiens viennent finalement de le lui octroyer dans le cadre des fédérales du 2 mai 2011: un gouvernement majoritaire au chef conservateur.

 

L’allié de Harper: le NPD

Détesté par le Québec, aidé par le NPD qui a saboté les chances du Parti libéral en divisant le vote notamment en Ontario, ce fin stratège qui obtient définitivement tout ce qu’il veut, a désormais le vent en poupe pour imposer sa vision conservatrice au pays.

L’euphorie une fois passée, le Nouveau Parti Démocratique de Jack Layton, qui peut se frotter les mains pour avoir été hissé au rang historique d’Opposition officielle, va bientôt redescendre sur terre. Sa confrontation avec Harper ne sera évidemment pas une partie de plaisir.

Jack Layton, malade, qui n’avait jamais rêvé un tel succès dans sa carrière, devient, sans nul doute l’autre gagnant ragaillardi de l’exercice. Le nouveau chef de l’Opposition officielle de la Chambre des communes à Ottawa va sans nul doute différer sa retraite probable, prévue ou annoncée.

 

Harper, va-t-il encore surprendre?

Stephen Harper, qui fait souvent preuve de très peu de fairplay politique envers ses adversaires; lui qui, malgré l’héritage de ses deux gouvernements minoritaires, a, souvent, délibérément, choisi d’imposer ses vues partisanes, voire ultra-partisanes, aux autres partis; va-t-il changer son fusil d’épaule avec une si douce et confortable majorité de 166 députés inespérée?

Grisé par ses gains et ses succès, ce politicien redoutable, qui aime surprendre, selon Wikileaks, va probablement s’assagir pour éviter toute gloutonnerie qui va indubitablement se retourner contre lui. La fatigue du pouvoir, les résultats, les erreurs, les impondérables, sont autant de pièges qui attendent ce challenger qui a redoré le blason de la droite, rayée de la carte sous les règnes successifs du tout-puissant libéral Jean Chrétien.


Un génie ou un simple bricoleur efficace?

Ses contemporains peuvent certainement tenter de minimiser son « génie », toutefois, le chef du Parti conservateur peut s’enorgueillir d’avoir mis Michael Ignatieff (une vraie déception), Gilles Duceppe (qui n’a pas pu venir cette dégelée de sa formation politique), définitivement sur la touche, hors de sa trajectoire d’homme fort de la politique canadienne.

Et, « homme fort », le terme n’est pas trop fort. Qu’on soit d’accord ou pas avec ses politiques, qu’on veuille l’assimiler à un dictateur, un manipulateur, un rancunier, un vindicatif, il est cependant indéniable que la méthode ou le style Harper est efficace. « Incontestable et incontesté »: les épithètes dépassent sans nul doute la réalité, mais qui peut et qui va arrêter cet homme?

Sous son leadership, la droite canadienne renaît et voilà que le pays entier va devoir l’endurer pour quatre années supplémentaires. Et, même si un pourcentage de 60% de l’électorat canadien a refusé de mordre à son hameçon, il est un fait que ses adversaires n’ont pas su exploiter cette insatisfaction. En clair, il est, comme l’a révélé Wikileaks, « le gars le plus intelligent dans la pièce ».

 

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Google (Le chef du Parti conservateur et premier-ministre réélu du Canada, Stephen Harper, qui vient de bénéficier d’un mandat majoritaire dans le cadre du scrutin du 2 mai 2011)