Harper et Pineira veulent renforcer la coopération canado-chilienne

521

En marge du Sommet sur le nucléaire convoqué la semaine dernière par le président des États-Unis à Washington, Stephen Harper et Sebastian Pineira en ont profité pour renforcer les liens entre Le Canada et le Chili. Les deux États « jouissent de relations vastes et à multiples facettes, enracinées dans des valeurs communes», a fait valoir Ottawa.

 

Entendez par là «l’attachement à la démocratie et aux droits de la personne, l’ouverture des marchés et la coopération multilatérale pour relever les défis que présentent la paix et la sécurité mondiales», peut-on lire  dans un communiqué diffusé par le bureau du premier-ministre reçu à l’Agence de presse «Média Mosaïque».

 

Un leadership conjoint

Évoquant les moments forts de cette relation, Ottawa a rappelé «la visite du Premier ministre Harper au Chili en juillet 2007 et celle de la présidente Bachelet au Canada en juin 2008».  On souligne également que «le Canada apprécie grandement la collaboration (du Chili) dans des dossiers prioritaires régionaux, y compris Haïti, le Sommet des Amériques, l’Organisation des États américains».

En ce qui a trait aux dossiers mondiaux, l’apport du Chili s’est avéré crucial pour le Canada notamment dans le forum de Coopération économique de la zone Asie-Pacifique, l’Organisation de coopération et de développement économiques, l’Organisation mondiale du commerce et les Nations Unies.

 

Des échanges en chiffres

S’agissant des retombées de l’Accord de libre-échange conclu en 1997, Ottawa estime que « le Canada et le Chili ont bâti des liens commerciaux étroits et croissant». La note précise que «la valeur des marchandises échangées s’est élevée à près de 2,4 milliards de dollars en 2009, soit une augmentation de 42 % par rapport à 2004, les exportations ayant crû de 79 % pendant la même période.»

«En 2009, les principales exportations du Canada étaient composées de machinerie, d’huiles minérales et de combustibles, de céréales et de matériel électrique. Cette même année, les importations de marchandises en provenance du Chili – composées essentiellement de pierres et de métaux précieux, de cuivre et de ses dérivés, de fruits (principalement le raisin) et de noix, de poisson et de produits de la mer, ainsi que de boissons (principalement le vin) – se sont élevées à 1,7 milliard de dollars.»

 

Le dernier séisme et les relations

À la suite du séisme de magnitude 8,8 qui a frappé le Chili en février et d’une demande d’aide internationale de la part du gouvernement du Chili, le Canada n’avait pas non plus marchandé son support à cette nation d’Amérique du Sud.

Ottawa avait promis de fournir une aide humanitaire d’urgence pouvant s’élever jusqu’à 2 millions de dollars pour le rétablissement des services de santé, l’offre de médicaments et de fournitures essentiels aux hôpitaux et aux cliniques, et l’amélioration des services hydriques et sanitaires dans les régions les plus touchées.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Bureau du PM (Le premier-ministre canadien Stephen harper en train de discuter avec le président du Chili Sebastian Pineira lors du Sommet sur le nucléaire à Washington)