Harel veut la présence de «la diversité au sein même du Comité exécutif»

195

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – «Je crois qu’il est nécessaire d’introduire la diversité de notre ville au sein même du Comité exécutif», a plaidé  Louise Harel qui a admis que l’instance suprême où se prennent toutes les décisions importantes de la ville doit aussi être représentative de la population montréalaise.

La chef de l’Opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal avait fait cette déclaration lors de son point de presse avec les médias quelques instants après son élection par acclamation (95% du vote lui a été favorable) à la tête du parti fondé par l’ex-maire de Montréal, Pierre Bourque.

«Nous y travaillons et cela fera partie des grandes annonces que nous projetons de faire pour y arriver!», a poursuivi la candidate à la mairie de Montréal après avoir déclaré, dans son discours d’intronisation, inacceptable de laisser certaines communautés ethniques faire les frais d’un chômage chronique dépassant les 20% à Montréal.

«Vous aviez compris ce matin à quel point Vision Montréal est un parti qui rejoint tous les Montréalais de toutes origines. Il y avait des anglophones, des francophones, des gens de toutes les communautés culturelles,  c’est le reflet de ce que c’est Montréal, de ce que c’est la diversité », a-t-elle fait remarquer aux journalistes pour démontrer que sa formation est en train de combler son retard en matière de diversité culturelle.

«Au nom de toute notre équipe, au nom de Vision Montréal, je m’engage à soutenir des candidatures gagnantes, des candidatures issues des communautés culturelles à l’élection de novembre prochain», avait assuré Harel alors qu’elle s’adressait à ses militants lors du congrès de Vision Montréal le 1er juin dernier au Bain Matthieu.

Dans la même veine, la candidate envisage aussi de travailler afin que Montréal « devienne un modèle, un exemple pour les autres villes d’Amérique du nord en matière d’accessibilité universelle. Il y a une révolution à faire, on le sait, et nous la ferons», a-t-elle conclu.

Une PM à Québec, une mairesse à Montréal? Harel y croit (MUNICPALES)