Harel maire? Tremblay craint des turbulences et propose la stabilité

566

Pour battre sa nouvelle adversaire, l’ex-députée d’Hochelaga-Maisonneuve, Louise Harel, dont la candidature à la mairie de Montréal est désormais officielle, Gérald Tremblay expose le bilan de ses huit années de gestion à l’hôtel de ville pour convaincre les Montréalais.

«Nous sommes un parti mobilisateur, rassembleur, c’est ça qui est important, c’est ça qui inspire la confiance et le climat indispensables à la revitalisation économique de Montréal pour le plein épanouissement des Montréalais», a soutenu le maire sortant pour se démarquer de sa potentielle rivale au profit de qui Benoît Labonté vient de faire place nette à la tête de «Vision Montréal».

 Vu que ces deux candidats au scrutin du 1er novembre (Harel et Tremblay) sont issus de deux familles politiques provinciales traditionnellement opposées, le premier (Parti québécois) et le second (Parti libéral), le maire sortant souhaite que la campagne électorale ne soit pas vue comme «l’affrontement d’un ex-péquiste et d’un ex-libéral» sur la scène municipale.

«Je pense  que les citoyens auront un choix très clair. Ils auront la possibilité de faire confiance à une formation politique «Union Montréal» qui a démontré depuis huit ans qu’elle a été capable de réaliser de grandes choses pour Montréal en travaillant avec l’ensemble de la population, peu importe l’appartenance ou l’allégeance politique de chacun»

À cette question de «Média Mosaïque»: pensez-vous que la population va voter pour vous alors que vous êtes éclaboussé par des scandales et que votre administration fait l’objet d’enquêtes policières? Tremblay, de répondre : «écoutez les enquêtes qui sont en cours, c’est moi qui les ai commandées».

«Vous savez lorsque j’ai appris qu’il y avait des irrégularités, j’ai demandé au vérificateur général ou encore à la Sûreté du Québec, à la police, d’enquêter. C’est important que la population réalise que quand les citoyens nous font confiance, il faut toujours mériter cette confiance», a poursuivi le chef d’«Union Montréal».

Gérald Tremblay, qui a fait ces déclarations en entrevue à l’Agence de presse «Média Mosaïque», a, par ailleurs,  promis un meilleur service de transport en commun à l’Est de Montréal qui, comme on le sait, est desservi de manière inéquitable comparativement à la partie occidentale de l’île.

Le maire sortant de Montréal dit travailler déjà en ce sens en partenariat avec le gouvernement du Québec afin que les Montréalais de l’Est et du Nord puissent se déplacer sans se faire de soucis d’un point à un autre dans leur ville.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM- Articles reliés

Montréal-Nord: pour gagner Gérald Tremblay joue la carte de la diversité 

Haïti s’invite dans les élections municipales montréalaises 

Franz Benjamin, le poulain de Gérald Tremblay dans St-Michel 

«Mouvement lavallois» sonne la fin du monopartisme à Laval 

Est-ce le début d’un momentum pro Labonté?

La réélection de Tremblay est-elle compromise?

 

Photo MEDIAMOSAIQUE.COM- Hubert Molaire

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, procédait le 8 juin dernier au couronnement des candidats de son parti «Union Montréal» à Montréal-Nord à Costa Del Mare.