Haïti au cœur du Festival international de Film de Toronto 2012

40

De notre correspondant à Toronto

Pierre-Rigaus Charléus

L’impact du séisme meurtrier de janvier 2010 sur les enfants d’Haïti a été projeté sur grand écran cette année dans le cadre du TIFF (Festival International du Film de Toronto), le plus grand rendez-vous du cinéma de la planète après Cannes, a constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaïque.

En effet, la projection du documentaire, intitulé « Twa Timoun [Trois Enfants] », du réalisateur Jonas D’Adesky, raconte l’histoire de trois jeunes amis haïtiens qui ont tout fait pour survivre dans les rues de Port au Prince, la capitale haïtienne, à la suite du tremblement de terre.

D’une durée de quatre vingt et un (81) minutes, cette réalisation, visionnée par les cinéphiles du TIFF, présente les trois jeunes acteurs dans un créole haïtien. Elle permet au spectateur de se renseigner sur la réalité quotidienne de ces derniers qui se battent pour rester, non seulement près de l’un et de l’autre, mais aussi pour survivre après la tragédie.

En dépit de leur hantise quotidienne, le réalisateur présente les nommés Vitalerme, Pierre et Mikeson, âges de 12 ans, avec une aisance naturelle, vivant dans un paysage port-au-princien jonché de décombres et où la misère saute aux yeux.

À noter que ce documentaire en créole, sous-titré en anglais, a été programmé non seulement pour ce samedi mais également pour ce dimanche 16 septembre avant la fin du Festival.

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE: En haut, un vue aérienne de la ville-reine (Toronto). En bas, notre correspondant Pierre-Rigaus Charléus sur le site du Festival International du Film de Toronto)