Exhibition de la culture et des réalisations grecques au parc Jean Drapeau (FESTIVAL)

216

MONTRÉAL – Les Montréalais d’origine grecque, dont la présence est centenaire au Québec, ont exposé les différentes facettes de leur culture, incluant leurs réalisations dans la métropole québécoise, pendant trois jours.

En effet, du 21 au 23 août, «La Flamme Hellénique», qui est le seul festival de la communauté grecque, a brillé de tous ses feux au parc Jean-Drapeau. À l’affiche, tout un chronogramme d’activités, de façon à ce que l’édition 2009 dépasse les attentes des festivaliers.

Une région grecque à l’honneur

Au fait, depuis les trois dernières années,  la Communauté hellénique de Montréal (CHM) invite une association locale qui représente une région de la Grèce en particulier à venir peindre une image colorée de leur culture, selon ce qu’a fait savoir Mme Kathy Van Bronswick à l’Agence de presse Médiamosaïque. 

Cette année, la région de la Roumélie, qui est située au centre de la Grèce, a eu la chance de promouvoir son héritage culturel. Roumélie est bien connue pour ses costumes, danses et majoritairement pour ses patrimoines culturels tels le Mont Parnassos et les anciennes ruines de Delphi.

Une fête de famille

Le président de la Communauté Hellénique de Montréal, Billy Balabanos, tient, de son côté,  à mettre l’accent sur le volet familial du festival. «Cette année, notre communauté souligne 100 ans d’éducation et lors de notre festival nous aurons des activités pour toute la famille», a précisé M.Balabanos.

« Dimanche nous avons dédié une journée pour les familles. Organisée par notre comité de parents, cette journée invitera tous les enfants à venir prendre connaissance de la culturelle grecque. Les parents ont d’ailleurs préparé des activités interactives pour ces jeunes visiteurs. » ajoute M. Balabanos.

Subventions revues à la baisse

À part la Ville de Montréal qui a offert une généreuse contribution au festival, la CHM a dû faire face cette année à  de nombreuses coupures budgétaires, a informé Mme Van Bronswick qui s’occupe des relations publiques.

«Si on devait compter sur l’appui des différentes instances gouvernementales, le Festival aurait pu crier famine cette année», a fait remarquer Kathy Van Bronswick. Tel n’est cependant pas le cas, parce qu’il n’y a qu’un seul festival au sein de la communauté grecque, qui est, comme on le sait,  très ancienne, et il va sans dire, très fortunée. Le Festival peut ainsi compter sur la contribution des nombreux commerces grecs qui pullulent à Montréal.

 

IMAGES reçues à MEDIAMOSAIQUE.COM de la part de la Communauté hellénique de Montréal (CHM)