Êtes-vous de la «diversité reconnaissante»? Rama Yade s’en dissocie

576

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – L’ex-numéro 2 du ministère français des Affaires étrangères sous la présidence de Nicolas Sarkozy se dissocie de ce qu’elle appelle la «diversité reconnaissante». Entendez par là, les minorités qui, une fois promues ou arrivées au sommet, se désolidarisent de la base ou se contentent de promouvoir leur carrière.

 

Une fabrication de Sarkozy?

Dans une entrevue accordée au magazine Jeune Afrique dont les extraits sont rapportés par l’Agence de presse Médiamosaïque, Rama Yade, qui ne nie pas avoir éprouvé de l’«affection» pour son ancien mentor Nicolas Sarkozy, soutient cependant avoir tenu à faire preuve de «lucidité» envers ce dernier. «Je n’ai pas été fabriquée par Nicolas Sarkozy», a-t-elle pris le soin de préciser.

«Quand je suis arrivée au gouvernement, j’avais 30 ans, personne ne me connaissait, je n’avais pas le profil habituel. Certains ont dû penser que je devais déjà m’estimer heureuse d’être là – et me taire…», a déclaré celle qui fut tour à tour sous Nicolas Sarkozy secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme, puis secrétaire d’État chargée des Sports et, pour finir, ambassadrice auprès de l’Unesco.

«Quand ils ont vu que je commençais à penser, à parler, à exprimer à l’occasion des désaccords, ils ont été surpris : j’étais une femme politique, pas un objet publicitaire. Le malentendu est venu de là : je n’ai pas voulu entrer dans la case qu’ils m’avaient réservée. Celle de la diversité reconnaissante», a-t-elle poursuivi.

 

« À deux reprises, j’ai présenté ma démission… »

Rama Yade, qui figure aujourd’hui parmi les dix personnalités préférées des Français, affirme n’avoir jamais considéré les hautes fonctions qu’elle a occupées comme une fin en soi. Pour preuve, et pour signifier son désaccord avec certaines politiques adoptées par le gouvernement Sarkozy auquel elle faisait partie, elle fait les révélations suivantes: «À deux reprises, j’ai présenté ma démission à Nicolas sarkozy, qui l’a refusée».

À noter que Rama Yade qui a récemment quitté l’UMP (droite) au profit de l’UDI (centre), vient de publier en septembre dernier Carnets du pouvoir 2006-2013, aux Éditions du Moment. Elle revient sur son expérience au gouvernement, sur la montée du Front national, sur le discours de Dakar, et sur ses relations avec l’Afrique. Elle analyse enfin la politique africaine de François Hollande au lendemain du sommet de l’Élysée sur la paix et la sécurité.

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE/Cr Gala et Paris Match (En haut, Rama Yade et l’ex-président Nicolas Sarkozy durant le règne de ce dernier, en bas, elle est en compagnie de son époux Joseph Zimet)