Essoufflé? Le réalisateur Jean Alix Holmand présente «À bout de souffle»

569

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Il y a mis tout son cœur, toute son âme et toute son énergie en espérant enfin un véritable déclic dans ce métier de cinéaste qui l’a plutôt choisi. Rude travailleur et très exigeant envers lui-même, Holmand veut pouvoir finalement vivre de son art.

«Voilà pourquoi j’ai mis mon génie, mon savoir et toute mon économie dans la réalisation de ce film qui s’intitule en créole «San pran souf». Sinon, je jette l’éponge, j’abandonne ce métier-là, a menacé le jeune réalisateur québécois en entrevue à l’Agence de presse Médiamosaïque.

Secouer la communauté haïtienne

À travers ce film d’action qui est un genre quasiment inusité dans le 7e art haïtien, Jean Alix ambitionne de secouer cette populeuse communauté haïtienne de Montréal qui demeure encore peu réceptive aux appels désespérés des réalisateurs et producteurs définitivement ruinés par le piratage.

Même s’il reste optimiste, Holmand ne voit pas encore de ferveur ou de frénésie envers le cinéma chez les Haïtiens (qui forment la deuxième ou la troisième communauté ethnique en importance à Montréal numériquement) parce que, selon ses chiffres, très peu de réalisateurs arrivent à écouler au-delà de 10 à 15 000 DVD par films.

Il supplie la communauté de consommer intelligemment en faisant vivre ses créateurs ou artistes professionnels au lieu d’être plutôt encline à nourrir des malfrats auprès de qui elle achète, pour quelques sous de moins, les DVD contrefaits comme de petits pains chauds.

Objectif : s’attaquer au marché québécois

Cependant, le rêve de Jean Alix Holmand demeure celui d’atteindre le marché québécois. Il veut y effectuer une percée remarquée et c’est pour cette raison qu’il tient à mettre la barre continuellement plus haut pour espérer rejoindre le standard professionnel québécois et y recevoir du feed-back.

Il a dû mettre environ une année pour la matérialisation (scénario, tournage, montage) du projet, ce qui lui a valu des coûts plus élevés que d’habitude, a révélé le réalisateur des longs métrages «Convoitises», «Obsession», «Amour, mensonges et conséquences», salués  par la critique.

Tous ceux qui ne souhaiteraient pas voir Jean Alix Holmand décrocher de son art ont intérêt à assister massivement à la grande première de «San pran souf», une œuvre à laquelle ont collaboré des acteurs très connus de la communauté dont Yvon Chéry, Wilfort Estimable, Myriam Jean, Jean Harry Clerveau, Réginald Delva, Jeff Moise, Mideleine Lubins, Clément Rivarol, pour ne citer que ceux-là.

Film: «San pran souf» (À bout de souffle)
Projections: samedi 22 août (3h, 5h, 7h), dimanche 23 août (6h, 7h)
Lieu
: Collège Ahuntsic, 9155, rue St-Hubert
Coût: 15 dollars CAN

MEDIAMOSAIQUE.COM Articles reliés

  1. Mideleine Lubins, la première actrice porno connue de la communauté haïtienne (CINÉMA)
  2. Scandale dans une famille haïtienne! La jeune Maguy a goûté au sexe… (CINÉMA)
  3. Sybille: l’histoire d’une ado et d’un adulte dans la cinquantaine
  4. FIFM : du 7e art pour connaître les Juifs autrement à Montréal
  5. Dix ans déjà pour le Festival du monde arabe!
  6. Buzz pour le cinéma québécois en Haïti?
  7. La «petite reine du konpa», Misty Jean, s’essaye au cinéma
  8. Herby Moreau: «je ne veux pas être le porte-parole des Haïtiens»

PHOTO (poster du film)