En quête d’emploi? Ayez avant tout la confiance!

356

La recherche d’emploi est un véritable parcours de combattant pour toute personne désirant trouver sa place au soleil. Elle est encore plus problématique pour les immigrants qui, à force d’essuyer des refus de leur candidature, perdent leur propre estime et se sentent de plus en plus frustrés de leur situation.

 

 

 

En effet, les nouveaux arrivants sont nombreux à faire face à cette nouvelle réalité qu’il est difficile d’appréhender s’ils ne disposent pas de tous les outils adéquats (cv, lettres de présentation etc.), d’une bonne stratégie d’approche des employeurs, mais aussi et surtout d’un tempérament de fonceur.

Cette recherche, dont la difficulté peut sembler parfois insurmontable, apparaît aux yeux de certains immigrants comme une sorte de labyrinthe quand on sait qu’on y est confronté à des problèmes de reconnaissance de diplômes et d’acquis, de méconnaissance des réseaux professionnels (ordres, associations etc. ), de barrières linguistiques et la liste est loin d’être complète. C’est pour cette raison qu’ils doivent redoubler d’efforts et d’ardeur pour se montrer encore plus convaincants que les « Québécois pure laine » et les personnes ayant déjà fait leur formation académique au Québec.

Ils doivent certes être maître dans l’art de communiquer mais en même temps faire leur la culture sisyphéenne de la persévérance. Cette démarche s’inspire du mythe de Sisyphe dans la mythologie grecque. Puni par les dieux, Sisyphe essayait continuellement de faire remonter le rocher en haut de la montagne. Ce courage sans faille mais épuisant reflète à bien des égards celui qu’exige la recherche d’un emploi. Entendons-nous bien ici, l’emploi est le premier facteur intégrateur et socialisateur de l’individu dans la société. C’est grâce à l’emploi que la personne se sent parfaitement intégrée à la société d’accueil.

Avec la pénurie de main-d’œuvre, le départ à la retraite des baby-boomers, les chercheurs d’emploi ont encore de beaux jours devant eux. Selon les dernières perspectives d’Emploi-Québec pour 2007-2011, prés de 700 000 postes seront à pourvoir d’ici 2011. Donc pour avoir tous les atouts de leur côté, les immigrants ont absolument besoin de comprendre davantage les spécificités de la société québécoise (son histoire, ses valeurs fondamentales etc.) afin de bien aborder leurs interlocuteurs qui se trouvent être les employeurs.

 

(PHOTO) Cr Plurielles.fr