En l’espace d’une journée, nous sommes tous Grecs au Québec

441

MONTRÉAL – Le Québec a une nouvelle fois réaffirmé ses liens de proximité avec la Grèce dont les ressortissants montréalais viennent de célébrer la fête nationale. En effet, un 25 mars de l’année 1821, la Grèce avait arraché son indépendance aux dépens de l’Empire ottoman.

Pas question d’avoir le moral en berne en raison de la crise économique qui affecte la mère-patrie! Une foule nombreuse et joyeuse a, en effet, défilé, comme à l’accoutumée, sur la rue Jean-Talon, où l’on peut difficilement rater la présence d’une enseigne de la communauté.

Plusieurs élus issus de toutes les chapelles politiques, des Montréalais de toutes origines, ont profité de cette journée pour manifester leur solidarité avec leurs concitoyens d’origine grecque, en grande partie, nés au Québec, mais très attachés aux traditions ancestrales.

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, ses conseillers d’origine grecque, Helen Fotopoulos, Mary Deros, étaient présents. Plusieurs autres élus provinciaux et municipaux, dont l’ancien chef du PLC, Stéphane Dion, étaient aussi visibles sur le parccours, avions-nous constaté sur place.

Commentant ce défilé au micro de l’Agence de presse Médiamosaïque qui a couvert l’événement, Éric Sorvas a déclaré que « cette manifestation nous permet de mettre en valeur notre identité de peuple même si nous vivons loin de la Grèce » .

Des propos qui rejoignent sensiblement la pensée de Georges Soldatos. Pour lui,  » un Montréalais dont les parents sont nés en Grèce demeure un Grec par la culture et par les traditions. Pour nous, c’est une belle occasion de partager nos coutumes avec tous les Québécois « .

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE (En haut, une vue de la tête du défilé de la fête nationale grecque à Montréal en 2012. Sur la photo, on voit entre autres, Gérald Tremblay, Mary Deros, Helen Fotopoulos).