Diversité TV: Réponse de Nancy Roc aux accusations de Fabienne Colas

516

Prise pour cible par l’entourage de Fabienne Colas dans le différend opposant Diversité TV à L’Autre TV, Nancy Roc dit condamner de toutes ses forces « cette campagne d’intimidation envers une journaliste qui ne fait que son travail ».

« Je tiens à souligner que je ne comprends pas que Mme Colas et son équipe persistent à citer et associer mon nom à celui de Mme Bégon dans une procédure judiciaire dans laquelle je ne suis nullement impliquée », écrit la journaliste de carrière dans une note reçue à la rédaction de l’Agence de presse Médiamosaïque.

Ci-dessous la réponse de la journaliste Nancy Roc en réaction aux propos de l’actrice Fabienne Colas.

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

 

Diversité TV : Réponse de Nancy Roc aux accusations de Fabienne Colas

Chers confrères,

Par la présente, je tiens à répondre aux accusations publiques de Fabienne Colas, publiées à mon encontre sur le site de Mediamosaïque ce lundi 4 juillet 2011. En effet, j’ai été sidérée lire ce qui suit :
« Fabienne Colas est bel et bien victime d’une campagne de diffamation extrême et d’atteinte grave à sa réputation de la part de Madame Bégon et de la journaliste Nancy Roc qui, quant à elle, a tenu des propos diffamatoires et vexatoires sur diverses plateformes publiques contre Fabienne. Je reviendrai sur le cas de Madame Roc en temps et lieu.»

Pour la gouverne de tout un chacun, je tiens ici à dire que je n’ai jamais mené une campagne de diffamation contre Fabienne Colas ou quiconque par ailleurs, en 26 ans de journalisme.

Mme Fabienne Colas a été officiellement accusée de plagiat par Mme Madeleine Bégon et une procédure judiciaire sera intentée sous peu contre Fabienne Colas. Cette dernière aurait-elle été indignée que je pose une question aux dernières Assises de la Diversité, organisées conjointement par Média Mosaïque et  Radio Canada qui ont lieu à la Maison de Radio Canada le 22 juin écoulé ? Cette question a été adressée à Mme Annie Laflamme, Représentante du CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) à laquelle j’ai posé la question suivante : « Selon nos informations, une plainte officielle aurait été déposée auprès du CRTC par Mme Madeleine Bégon contre Mme Fabienne Colas pour plagiat dans le cadre du projet de Diversité TV. Avez-vous reçu cette plainte et quelles sont les actions que le CRTC compte prendre à ce sujet ? ». Je n’ai donc fait que mon travail de journaliste en posant cette question sur une plainte officielle qui a été affichée publiquement sur le site du CRTC le 20 juin, soit deux jours avant les Assises en question. Ce document était donc d’ordre public.

Suite à ces Assises, Médiamosaïque a publié le 24 juin, un article intitulé : « Diversité TV: Fabienne Colas accusée de « plagiat » par l’Autre TV auprès du CRTC  Référence : http://mediamosaique.com/General/diversite-tv-fabienne-colas-accusee-de-l-plagiat-r-aupres-du-crtc.html

Dans sa précipitation à se justifier auprès du public et des médias pour se défendre contre Mme Bégon, Fabienne Colas a entrepris une campagne d’intimidation à mon égard, sachant que je préparais un reportage sur cette affaire, en m’accusant publiquement tant sur le site de Radio Kiskeya en Haïti que sur celui de Médiamosaïque ou la plateforme Facebook.

De plus, alors que j’attendais que Mme Bégon puisse s’adresser à la presse pour appeler Mme Colas afin d’avoir les deux versions de cette triste affaire qui éclabousse la communauté haïtienne de Montréal ; quelle ne fut ma surprise de recevoir, chaque jour, dans ma boîte personnelle, des courriels d’intimidation me demandant expressément de me retirer de cette affaire et de reconnaître, je cite, « que Mme Bégon m’a induite en erreur». D’autre part, Mme Colas m’a fait parvenir une mise en demeure par ses avocats, m’enjoignant de me rétracter sans même préciser de quoi l’on veut que je me rétracte. Une réponse en bonne et due forme fut d’ailleurs acheminée par mon avocat.

Je tiens à souligner que je ne comprends pas que Mme Colas et son équipe persistent à citer et associer mon nom à celui de Mme Bégon dans une procédure judiciaire dans laquelle je ne suis nullement impliquée. Je ne suis ni l’amie ni le porte-parole de Mme Bégon comme certains veulent le faire croire.

Depuis le 28 juin, des courriels autant que plusieurs ‘’posts’’ sur Facebook me sont envoyés dans l’anonymat sur une base quotidienne.

Je dénonce et conteste vigoureusement cette campagne d’intimidation envers une journaliste qui ne fait que son travail. Mme Colas aura à répondre à la justice et il est regrettable qu’en défendant ses intérêts- ce qui est son droit le plus entier- elle ait choisi d’attaquer la presse et toute autre personne cherchant la vérité.

Pour faire et valoir ce que de droit,
Nancy Roc, Montréal, le 6 juillet 2011.


 

 

PHOTOTHÈQUE MEDIAMOSAIQUE/Cr Michaelle Cédar ( La journaliste Nancy Roc en train de s’adresser à Annie Laflamme, la « directrice des Politiques et démarches relatives en matière de la radio » au CRTC le 22 juin dernier 2011 lors de la conversation radio dans le cadre des Assises de la Diversité){jcomments off}