Diversité: la CAQ en train d’afficher ses «couleurs»

1267

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Si certains tendent à peindre la CAQ (Coalition Avenir Québec) comme un parti nationaliste, voire d’extrême-droite ou d’anti-diversité, François Legault réfute la voie de la polémique et passe à l’action en procédant à l’investiture de sept nouvelles candidatures hier après-midi à Montréal.

Deux membres de la communauté haïtienne figuraient dans sa short-list et celles-ci sont placées dans des comtés où le vote haïtien est susceptible de faire pencher la balance. On parle ici de Bourassa-Sauvé, un bastion libéral peuplé de Montréalais d’origine haïtienne, sans oublier le comté de Viau où la présence haïtienne, à St-Michel notamment, est non seulement très significative, mais enracinée depuis plusieurs décennies.

Des profils à la fois jeunes et féminins

Tout d’abord, dans le comté de Bourrassa-Sauvé, le No 1 de la CAQ présente une chimiste, du nom de Julie Séide, détentrice d’un baccalauréat en chimie. Fille d’un leader communautaire, œuvrant dans le domaine du taxi, Mme Séide «travaille comme chimiste chez Pharmascience. Elle s’est impliquée dans beaucoup de  causes, notamment pour la communauté haïtienne», a décrit François Legault dont le discours avait du mal à passer dans l’électorat issu de la diversité.

Dans Viau, l’autre candidate est une lauréate des Lys de la Diversité, répondant au nom de Janny Gaspard. Fondatrice de l’organisme de réseautage « Femme qui Fonce », « Janny est très impliquée pour aider les femmes et les jeunes professionnels à développer leur réseau. Elle siège au conseil d’administration de la caisse Desjardins Sault-aux-Récollets-Montréal-Nord et à celui de PME MTL Est-de-l’Île. Elle est aussi Présidente de l’Aile Jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie de Montréal-Nord. Et elle est en train de terminer son diplôme de 2e cycle en gestion à l’Université McGill, poursuit le chef de la CAQ.»

Les adversaires encore inconnus

À noter que les noms des candidats libéraux et péquistes dans les comtés précités ne sont toujours pas connus. David Heurtel, le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et actuel député de Viau, affirmait tout récemment ne pas vouloir se représenter dans le cadre des prochaines élections. Rita de Santis, l’actuelle députée de Bourassa/Sauvé, tarde à confirmer, de son côté, si oui non elle sera à nouveau candidate dans ledit comté.

Quid de la stratégie Legault?

S’agit-il d’un signal ou d’une tentative visant à renverser la vapeur «diversité» de la part de celui qui a le vent dans les voiles dans les intentions de vote depuis plus d’un an dans les sondages? Les observateurs pensent qu’il est encore trop tôt pour l’affirmer solennellement.

Toutefois, poudre aux yeux, calcul électoral ou politique, maquillage ou démagogie, le geste du chef de ce parti, qui semble, jusqu’ici, selon plusieurs coups de sonde, incarner le changement dans l’opinion de bon nombre de Québécois, peut vouloir tout dire, sauf passer inaperçu.

QUÉBEC – CAMPAGNE ÉLECTORALE 2018 

DÉCOUVERTE :