Discrimination à l’embauche: Vision Montréal interpelle la Ville

636

MONTRÉAL – Quid de la position de Louise Harel autour de l’enquête coup de poing, qui a étalé au grand jour l’ampleur de la discrimination à l’embauche à Montréal?  » La Ville doit donner l’exemple en matière d’équité à l’emploi « , a réclamé la chef de l’Opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal.

 » Il est inadmissible qu’à profil professionnel et à qualifications égaux, un Tremblay ou un Bélanger ait au moins 60 % plus de chance d’être invité à un entretien d’embauche qu’un Sanchez, un Ben Said ou un Traoré « , a dénoncé Mme Harel lors d’une conférence de presse qu’elle a convoquée à cet effet le 4 juillet dernier pour condamner un tel état de fait.

Pour corriger la situation, du moins au niveau de la Ville, la No un de Vision Montréal recommande un peu plus d’audace de la part du maire Gérald Tremblay.  » La modification que nous demandons est un levier juridique pour élargir la portée de la Loi afin de stimuler la mise en place du programme d’accès à l’emploi et à l’égalité (PAÉE) dans les entreprises privées qui contractent avec la Ville et dans les OSBL qui reçoivent des subventions « , a suggéré Harel.

À noter que, lors de cette conférence de presse à  laquelle les médias de la diversité étaient notamment conviés, Louise Harel, s’était fait accompagner par Anie Samson, maire de l’arrondissement Villeray-St-Michel-Parc-Extension, leader de l’Opposition officielle et porte-parole en matière de diversité.

 » Il s’agit là de corriger une situation d’iniquité où les personnes compétentes pourraient être représentées sans discrimination, a, de son côté, renchéri Anie Samson. Un coup de barre s’impose d’autant plus que l’étude de la Commission démontre que l’écart subsiste une ou deux générations plus tard pour des diplômés de minorités dites « visibles » nés ici. À diplôme égal, leur taux de chômage est de 1,5 à 2 fois supérieur à celui de la majorité « , a-t-elle poursuivi.

Louise Harel croit que  » La résignation face à une situation aussi inadmissible serait inacceptable « .  Elle plaide en faveur d’une prise en charge soutenue de ce dossier. Car, il faut absolument éviter, a-t-elle mis en garde,  » que ces concitoyens nés et socialisés ici (en viennent) à nourrir un sentiment de frustration et de désaffiliation à l’endroit de la société au sein de laquelle ils risquent de se sentir perçus et traités comme des étrangers de l’intérieur « .

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE/Archives (EN haut, entourée de son staff, la chef de Vision Montréal, Louise Harel, en train de s’adresser aux représentants des médias de la diversité lors d’un 5à7 à la Casa d’Italia le 7 octobre dernier à Montréal).