Des Haïtiens vexés de voir quatre des leurs se tuer pour le Brésil

396

Refusant d’accepter la défaite en quarts de finale de leur équipe favorite dans la Coupe du Monde, des supporters haïtiens (4) de la Seleçao vont jusqu’à s’ôter la vie le 2 juillet dernier. Certains de leurs compatriotes ont fustigé les excès d’un tel comportement.

Sur le Web, dans les forums de discussion fréquentés par les Haïtiens, les suicidaires, de même que les responsables politiques ont été blâmés par les internautes qui ont du mal à saisir les réelles motivations de ces fanatiques qui se croient plus «brésiliens» que les Brésiliens eux-mêmes. 

 

Déperdition des valeurs morales

«Croire qu’une telle scène puisse se reproduire en Haïti encore et encore jusqu’à causer des morts, est vraiment une aberration. C’est vraiment une autre preuve de la mentalité retardée de nos masses…», a analysé Frantz Siméon.

Jean-Éric Paul s’en remet plutôt au ciel pour déplorer un tel excès de zèle. «À quand mon Dieu l’éducation de ce peuple ?  Que gagne le pauvre petit peuple haïtien quand les multimillionnaires brésiliens gagnent un match?», s’est-il demandé.

Un autre du nom de Camille Stines ne peut s’empêcher de ressasser le passé : «Je me souviens bien de l’époque où j’étais encore à l’école sous les présidents Lescot et Estimé où l’on était fier d’étudier l’instruction civique et de chanter «  »c’est nous jeunesse étudiante, c’est nous les grands, nous  les petits » demain la gloire d’Haïti. »»

«Il y avait de quoi avoir la chair de poule Mais où est-elle passée cette Gloire? ‘ La Gloire d »Haiti a été ensevelie, sous les révolvers et les Uzis dans les manœuvres politiques  infâmes et infâmantes», a enchaîné Stines.
 

La faute aux politiciens…

«Voilà où nous conduit cette bande d’énergumènes qui dirigent notre pays depuis tantôt trois décennies. À quoi peut-on bien s’attendre de ces dirigeants », fulmine de son côté Gérard Régulus qui estime que ces derniers «sont totalement dépourvus du sens de l’honneur et de la dignité».

Frantz Siméon croit dur comme fer que les «autorités bénéficient d’une façon ou d’une autre de cette mascarade». De même pour Jean-Éric Paul qui évoque un «drame» le fait que les «hauts fonctionnaires de l’État mettent de côté le travail du peuple au profit d’un match de la Seleçao».

«Haïti, le pays où le ridicule ne tue point qu’on peut assister à des telles aberrations. C’est le pays où le soleil se lève à l’ouest et se couche à l’est. C’est le monde à l’envers», a philosophé Paul.

 

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com CrTeamtalk (L’attaquant vedette de la Seleçao , Ricardo Izecson dos Santos Leite, mieux connu sous le nom de  Kaka)