Découvrez la Guinée au Canada: à travers ses femmes! (MISS GUINÉE CANADA)

370

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Exercice réussi de la part d’un organisme regroupant des jeunes issus de la Guinée au Québec qui, pour faire découvrir la communauté guinéenne au Canada, a choisi d’exposer, au vu et au su des Montréalais, les canons de beauté de ce pays de l’Afrique de l’Ouest à Montréal.

Cette astuce intelligente de l’AJGM, par le biais de laquelle on a pu confirmer qu’effectivement la Guinée regorge de belles femmes, a ouvert toute une fenêtre sur cette communauté dont on entend rarement parler dans la grande presse au Canada et même dans les médias consultés régulièrement par les Canadiens ou Québécois d’origine africaine.

Un apprentissage couronné de résultats

En effet, au terme d’une soirée marathon tenue le samedi 24 juillet dernier dans la métropole, ladite communauté, sous la houlette de l’Association des jeunes guinéens de Montréal (AJGM), a procédé à l’élection de la première «Miss Guinée Canada», avait constaté sur place un journaliste de l’Agence de presse Médiamosaïque.

Visiblement nerveux avant le coup d’envoi de l’événement, les organisateurs avaient vite repris leur souffle après avoir remarqué que les centaines de sièges de la vaste salle, au début clairsemée, du Palais des Congrès de Montréal, avaient finalement trouvé preneurs.

Et, à la grande surprise de plus d’un, ils étaient près de 600 personnes à faire le déplacement pour assister à une telle affiche qui, malheureusement, n’a pas pu épargner l’assistance de quelques signes évidents d’improvisation, de retard ou de manque de synchronisation.

Des imperfections qui ne paraissaient nullement déranger les spectateurs qui semblaient plutôt manifester leur reconnaissance envers les efforts colossaux déployés par les organisateurs. Une clémence qui s’explique également par le fait qu’il s’agissait d’une toute première édition, bien évidemment, prometteuse de «Miss Guinée Canada».

Des invités qui livrent la marchandise

Un plaisir qui n’a pas été boudé, non plus, par les officiels présents à cette rencontre. Qu’ils soient,  Mary Deros, qui a parlé en son nom propre et en celui du maire de Montréal ou Nahed Koussa, un porte-parole du ministère fédéral de l’Immigration ou encore Komlan Messie du REPAF, tous ont eu les mots qu’il fallait pour galvaniser l’assistance.

Satisfaite de son immersion en quelques heures seulement dans la culture guinéenne à Montréal, la conseillère de ville et responsable des communautés d’origines diverses au comité exécutif de la ville de Montréal, Mary Deros, a vanté la motivation affichée de ces jeunes montréalais d’origine guinéenne qui veulent s’intégrer pleinement, a-t-elle précisé, dans «cette ville plurielle et inclusive» qu’est Montréal.

«Le Canada est une grande réussite multiculturelle, mais ce sont des événements comme Miss Guinée Canada qui permettent de concrétiser une telle réussite», a, pour sa part,  déclaré Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, dans son message pour l’occasion lu à la tribune par son conseiller spécial pour la région de Montréal, Nahed Koussa.

Le président du Réseau des entrepreneurs et professionnels africains (REPAF) a, quant à lui, profité de cette tribune pour inviter l’assistance, constituée majoritairement de jeunes, à se lancer en affaires pour mieux prendre sa place dans la société québécoise. Komlan Messie les a pressés de dépasser le cadre communautaire. Aux étudiants, entrepreneurs, professionnels, leaders nés ou en devenir, présents dans la salle, il les a conviés au programme de mentorat professionnel offert par le REPAF.

Mary Deros: bientôt «un maire de Montréal proviendra de la communauté guinéenne!»

Mobiliser «une jeunesse audacieuse»

Évoquant le bien-fondé de l’initiative de l’organisation qu’il dirige, le président de l’AJGM, Fama Traoré, a , de son côté, fait savoir qu’«un événement du genre s’inscrit dans une logique d’affirmation, d’identité et de quête de repères dans l’espoir de réussir à mobiliser toute la jeunesse guinéenne du Canada autour d’un idéal commun d’intégration de la communauté guinéenne pour le développement de la Guinée».

À noter que, deux Africains d’origine ont officié à titre de marraine et de parrain de la cuvée 2010 de «Miss Guinée Canada». Il s’agit de la Malienne Fadima Diallo, responsable du soutien aux élus à la ville de Montréal et du parrain Diakité Gadirou. Le producteur Tidiane Soumah, le Guinéen le plus connu à Montréal, a, quant à lui, siégé au sein du jury.

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com (En haut, les dix candates au premier titre de Miss Guinée Canada défilant sur le podium sous les vivats de l’assistance. En bas, la lauréate au centre entourée de ses deux dauphines)