Décoration officielle du père de la JIVEP au Québec

121
MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – La première décoration officielle du géniteur de la Journée internationale du Vivre-ensemble en paix (JIVEP) à l’étranger a eu lieu au Canada. En effet, le 28 mai dernier, soit dix jours seulement après la première célébration officielle de cette mesure onusienne, qui s’incruste désormais chaque 16 mai dans nos calendriers, l’initiateur, à savoir Cheikh Khaled Bentounes, a été reçu avec tous les honneurs au Québec dans le cadre de la 6e édition des Grands Prix Mosaïque présentée par la Banque Nationale.
Des mains de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, qui était accompagnée du président de l’Observatoire des villes sur le Vivre-ensemble et diplomate de carrière, Raymond Chrétien, et de la Vice-présidente régionale, Banque Nationale, à Montréal, Caroline Dubé, cet Algérien d’origine, connu à travers le monde pour sa lutte infatigable en faveur de la paix, avait, en effet, reçu le «Lys international du Vivre-ensemble en paix». Il s’agit, en fait, de la première prestigieuse distinction du genre remise au Québec à un Lauréat dont le rayonnement à travers la planète est tout aussi impressionnant.
Refusant ironiquement d’être qualifié de «père de la JIVEP», le sage homme, qui a rappelé que l’adoption de cette journée par les 193 États de la planète de l’ONU détient également l’«empreinte du féminin», a jugé modestement de dire qu’il n’a été juste «que le porteur» d’une telle initiative. Des propos qui lui ont valu un tonnerre d’applaudissements suivi d’une ovation debout de l’assistance en guise  de respect envers l’ouvrage de ce leader dont le profil a même été évoqué à titre de personnalité devant mériter le Prix Nobel.
Au micro du Président-fondateur des Grands Prix Mosaïque et PDG de l’Agence de presse Médiamosaïque, Donald Jean, qui l’a accueilli, pour une brève jasette sur le podium, quelques instants après avoir reçu le trophée du «Lys international du Vivre-ensemble en paix», Cheikh Bentounes a, d’abord et avant tout, pris le soin de remercier tous les pays qui l’ont soutenu dans sa démarche dont le Canada pour sa diplomatie.
Dans son intervention de circonstance, le président d’honneur  de l’ONG AISA INTERNATIONALE, une structure accréditée par le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), avait aussi des mots flatteurs à l’endroit de la province du  Québec et particulièrement Montréal, pour l’accueil qui est réservé, selon lui, à la diversité et pour l’esprit du vivre-ensemble qui est prôné et visiblement accepté par tous à l’échelle de la province et de la métropole.
Il importe aussi de mentionner que le récipiendaire 2018 du «Lys international du Vivre-ensemble en paix» avait un agenda assez chargé lors de son passage au Canada. 24 heures après l’événement, Cheikh Bentounes a été reçu par des représentants des différentes sensibilités politiques à Québec. Entre autres, un tête-à-tête avec des représentants du gouvernement libéral, des membres de l’opposition dont le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, des parlementaires de la Coalition Avenir Québec, et le surlendemain avec des responsables de la mairie de Montréal, figuraient au menu de son agenda.
La capsule vidéo qui suit résume l’hommage rendu au Québec au Cheikh Bentounes.

**VIVRE-ENSEMBLE: ACTIVITÉS 16 MAI