De nombreux soldats canadiens consomment de la drogue

71

Des soldats canadiens cantonnés dans deux importantes bases militaires auraient échoué des tests de dépistage de drogues illicites, selon un rapport interne émanant des Forces canadiennes.

 

 

 

 

Dans une dépêche de Presse Canadienne consultée par un journaliste de l’Agence de presse «Média Mosaïque», on rapporte en effet que «des tests d’urine menés à la base militaire de Valcartier en juin et novembre de l’année dernière ont révélé 51 cas de consommation de cocaïne, 54 cas de consommation de marijuana et plusieurs cas de consommation d’amphétamines.»

Même scénario à la base militaire de Petawawa, en Ontario, a encore précisé PC où «des tests de dépistage menés en janvier de l’an dernier ont révélé 13 cas de consommation de cocaïne ainsi que 16 cas de consommation de marijuana. Dans trois cas, des traces d’opium ont été découvertes dans l’urine de soldats.»

«Des tests d’urine menés en juin et juillet derniers ont révélé que 10 marins avaient consommé de la marijuana» sur le NCSM Ville de, basé à Halifax, toujours selon ce qu’a rapporté Presse Canadienne qui a eu écho de ces cas grâce à la Loi sur l’accès à l’information.

Une porte parole des Forces canadiennes, Carole Brown, citée en la circonstance, a admis que «la consommation de drogues illicites altère l’état de préparation opérationnelle et n’est pas compatible avec la mission des Forces canadiennes».

Ces tests de dépistage font partie d’un programme de tests obligatoires pour les titulaires de postes à risque élevé en matière de sécurité. Les soldats déployés en Afghanistan, les sous-mariniers ainsi que les plongeurs sont notamment obligés de s’y soumettre.

Selon les statistiques sommaires du programme, 170 membres des Forces canadiennes, sur un total de 5920, auraient consommé des drogues illicites entre les mois de janvier et de juillet 2008. Ce total correspond à trois pour cent du personnel soumis à ces tests, a ajouté la source.

 

Photo PC