Coup d’envoi du spectacle itinérant « L’odeur de ma terre » à Ottawa

587

Projection du tout dernier film haïtien « Mariage d’Antan », Ce nouveau long métrage, tourné entièrement en Haïti, du cinéaste Jean-Rony Lubin sera projeté à Ottawa lors de l’inauguration du spectacle itinérant « La Caravane de la culture haïtienne: L’odeur de ma terre », a appris la rédaction de l’Agence de presse Médiamosaïque.

Ce scénario expose le réel haïtien sous ses couleurs d’autrefois à un moment où l’autorité parentale était sacrée. Il évoque l’époque où les parents choisissaient l’époux de leurs filles. La virginité de la femme était, dans ces temps, surtout dans les milieux ruraux, la condition sine qua non au mariage.

À en croire les Productions Cinérama à l’origine de l’événement, ce concept artistique multidisciplinaire, jamais offert au public, réunira sur un seul et même plateau : danseurs, acteurs, diseurs, chanteurs, dramaturges, percussionnistes, etc.

Après la capitale canadienne qui a le privilège d’accueillir cette caravane pour la première fois le samedi 17 septembre prochain au Centre Bronson, il reviendra à Montréal de savourer, à son tour, au cours du mois de novembre au Cégep Marie Victorin les délices de ce concept inédit, a fait valoir le No un de Jean-Rony Lubin en entrevue à l’Agence de presse Médiamosaïque qui coprésente l’événement avec les Productions Cinérama.

À noter que les initiateurs d’un tel spectacle (alliant consécutivement théâtre et cinéma) envisagent de l’organiser dans la plupart des grandes villes occidentales à forte concentration d’Haïtiens et également en Haïti.

Visionnez ICI l’affiche de l’événement

La bande annonce de Mariage d’antan: http://youtu.be/ZFiNfuoW3ok

Ci-dessous: le communiqué des Productions Cinérama

 

 

COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

OTTAWA, 25 août 2011- L’Agence de presse Médiamosaïque et les Productions Cinérama présentent le 17 septembre 2011 dans la capitale fédérale canadienne, au Centre Bronson, le spectacle « La Caravane de la culture haïtienne: L’odeur de ma terre ». Ce spectacle qui se produira dans plusieurs grandes villes canadiennes et américaines à forte concentration d’Haïtiens débutera avec la projection de « Mariage d’antan », le plus récent film du jeune cinéaste haïtien, Jean-Rony Lubin.

Après le succès qu’a connu le film « La Vérité Blesse », le réalisateur Jean Rony Lubin, réputé pour ses films qui dressent le portrait réaliste des pratiques haitiennes, récidive avec cette fois-ci « Mariage d’antan », un autre long métrage tourné entièrement en Haïti, inspiré du réel haïtien. Certains diront du passé haitien dans la mesure où depuis quelques décennies, la tendance a quelque peu changé, mais certaines pratiques demeurent encore d’actualité.

En effet, la problématique abordée dans cette fiction est celle du mariage traditionnel caractérisé par l’omnipotence des parents et l’absence du consentement des principaux concernés. La virginité était considérée comme dogmatique, en dehors de celle-ci, point de salut non seulement pour la femme mais encore pour les parents de cette dernière qui devront porter le fardeau de la honte et du déshonneur.

Suivant les régions, les femmes qui ont commis cette faute irréparable, ou tout simplement ce sacrilège, c’est-à-dire se marier en n’étant pas vierges, devenaient la risée de tout le village. Elles servaient de muse, en particulier, pour les « samba » (compositeurs dans les bandes de rara, une réjouissance populaire durant le carême chrétien) qui colportaient ces chansons de village en village, offrant du même coup une célébrité non voulue, bien sûr, à ces victimes et leurs parents.

On est à l’époque où les mariages arrangés étaient monnaie courante. Les femmes, peu importait leur âge, leur classe sociale, n’étaient pas considérées comme aptes à faire le choix de celui à qui elles allaient dire oui pour le meilleur et/ou pour le pire. C’était les parents qui s’en occupaient

« La jeune Lucienne,(Tanadia Saint LouisX) âgée de 21 ans, contrainte de quitter l’amour de sa vie, un enseignant, pour épouser de force Jozafa, (Nono Simon) un monsieur dans la quarantaine qu’elle n’aurait jamais choisi, arrivera-t-elle à rester avec cet homme pour le meilleur, mais surtout pour le pire ?

De cette union forcée vont naître indubitablement des conflits de valeurs et de génération. Ce film se veut un pont entre le passé authentique haïtien et un présent qui a beaucoup de peines à se définir face à la consommation abusive des autres cultures, la disparition brutale des repères pour les jeunes et la déliquescence des valeurs morales ».

Ce film qui réunit des têtes d’affiches du cinéma haïtien telles : Pè Georges (l’homme de la série Remo 1 2 et 3), Nono (la coqueluche des jeunes haïtiens  des films alelouya et chomeco) et (Jean Rony Lubin, acteur et réalisateur de La vérité blesse) seront présents pour cette grande première.

Les plus populaires comédiens haïtiens en ville

NoNo (Simon Innocent) Pè Georges et Ricardo Lefebvre, venant directement de Port-au-Prince et de Miami feront vivre au public des moments de folie.

Guano Frantz et son équipe présenteront une pièce Cinéma-Théâtre intitulée Le Tribunal des Causes Perdues d’Avance. En entracte, le public aura le privilège de rencontrer les comédiens, se photographier avec leurs idoles et par la suite visionner le film Mariage d’Antan en grande première en présence des acteurs.

L’inauguration du spectacle se déroule à Ottawa le samedi 17 septembre 2011 au 211, Bronson Boulevard au centre Bronson et à Montréal au cours du mois de novembre au Cégep Marie Victorin, 7000 rue Marie Victorin dans le cadre d’une caravane culturelle intitulée « L’ODEUR DE MA TERRE ». Une initiative audacieuse qui propose de réunir sur une même scène : danseurs, acteurs, diseurs, chanteurs, dramaturges, percussionnistes.

La Caravane prendra son envol à l’occasion de la commémoration de la fameuse cérémonie du Bois Caïman qui a eu lieu le 14 août et qui allait déboucher sur le soulèvement général des esclaves dans la nuit du 21 au 22 août 1791, laquelle fut très décisive dans la considération de l’affranchissement des esclaves «d’Hispaniola».

—————————30—————————–

Renseignements ou demande d’entrevue :
(613) 263-4445 ou (514) 602-0222
lubinjrony2000@yahoo.ca


MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE/Cr Hubert Molaire (Des membres de la communauté haïtienne en train d’assister à une activité culturelle à Montréal)