Coup d’éclat de «Génération d’Idées» au centre-ville

424

Près d’une centaine de jeunes montréalais ont réussi à attirer l’attention en manifestant spontanément et tôt dans la matinée le 5 juin dernier en plein cœur du centre-ville.

Regroupés sous la bannière de «Génération d’idées», munis tous pour l’occasion d’un t-shirt blanc, les membres de cette association ont illustré leur coup d’éclat par une fraternelle accolade au parc Dorchester.

Ils «ont présenté une scène «Guerre et paix», renvoyant à la thématique du quatrième et dernier numéro de leur magazine. Disposés sur deux rangées parallèles, les uns en face des autres, ils se sont approchés pour… se donner une longue accolade», a décrit l’Agence QMI.

«On avait en tête de donner une voix à la génération des 25-35 ans, la génération Passe-Partout, parce qu’on trouvait qu’on ne se retrouvait pas beaucoup dans l’espace public», a  expliqué Mélanie Joly, cofondatrice de Génération d’idées.

De son côté, le quotidien Le Devoir estime que «bien que prévue à l’avance, les organisateurs considèrent qu’il s’agit bel et bien d’une manifestation spontanée, a rapporté l’Agence de presse «Média Mosaïque».

«En anglais, ils appellent ça des Flash mob. Quand les personnes arrivent, ils ne savent pas ce qu’ils vont faire. Ce n’est pas le rassemblement qui est spontané, mais bien l’action» a fait savoir la co-fondatrice de «Génération d’idées» au Devoir.

L’objectif de cet organisme est d’offrir à la relève un espace où des individus de toutes provenances et allégeances de se rencontrer pour échanger leur vision. Selon Mme Joly, «il faut qu’il y ait un choc des idées pour que l’on sorte des modèles connus.»

À noter que cette manif a été organisée 24 heures avant la commémoration du 65e anniversaire du débarquement de Normandie. «Génération d’idées» se définit comme un organisme à but non lucratif, non partisan.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM-Articles reliés

Leadership SP: Stéphanie Raymond-Bougie lauréate

 

(Photo) Cr Génération d’Idées et Le Devoir