Coup de projecteur sur l’émigration italienne au Canada avec Giovanni Princigalli (CINÉMA)

588

«Ho fatto il mio coraggio (je fais mon propre courage)», tel est le nom de ce film réalisé cette année par le documentariste montréalais Giovanni Princigalli. L’auteur, qui en fait la genèse de l’immigration italienne au Canada, voulait mettre les lecteurs de l’Agence de presse «Média Mosaïque» au parfum de ce vécu de la communauté italienne.

En effet, depuis le 17 août dernier et ce jusqu’au 5 septembre 2009, les téléspectateurs québécois se renseignent davantage sur l’implantation des Italiens ici qui forment actuellement l’une des plus riches et populeuses communautés ethniques au Québec.

Issus surtout de la campagne italienne

S’il faut se fier à la version des faits rapportée par Giovanni Princigalli dans ce documentaire, ces immigrants qui ont débarqué à Montréal étaient pauvres et  provenaient majoritairement de la campagne italienne.

On y apprend que, pour faciliter la réunification familiale, les Italiens innovaient  en réalisant des mariages et des rencontres par photo et entretenaient particulièrement des correspondances entre les Italiens de Montréal et ceux de l’Italie du Sud aux années 50.

Comme l’immigration latino-américaine ou africaine de nos jours

Le documentaire de Giovanni Princigalli, qui est diffusé sur la chaîne câblée Canal VOX, évoque le passage de ces jeunes époux et épouses d’une culture de la campagne à la vie et au travail dans les usines de Montréal.

«Ces sont les mêmes problématiques vécues aujourd’hui par les jeunes femmes latino – américaines, asiatiques et africaines, qui souvent chercher à se marier et à émigrer à travers Internet (donc par photo et correspondance)», a illustré le réalisateur détenteur d’une maîtrise en cinéma à l’Université de Montréal.

Un hommage à ces valeureux pionniers

Cependant, comme l’a signalé Princigalli, dans un document de présentation qu’il a envoyé lui-même à l’Agence de presse «Média Mosaïque», il s’agit d’une œuvre qui rend justice à l’ouvrage, tant au niveau individuel que collectif, de ces valeureux pionniers de l’immigration italienne au Canada.

«C’est un film sur la mémoire et qui rend hommage, de manière respectueuse et poétique, documentariste et émotive, simple et profonde, aux modestes paysans italiens émigrés au Canada, et surtout aux femmes : à leurs espoirs, rêves, souffrances», a-t-il décrit.

En demande même dans les universités

Le réalisateur informe également que «Ho fatto il mio coraggio», réalisé avec un budget modeste, a été voulu par le Consul d’Italie à Montréal Paolo Venier, et il a été financé par le Ministère aux affaires étrangers du Gouvernement italien.

Le film, a appris «Média Mosaïque», acheté par plusieurs universités au Canada, USA et par le Musée Canadien des Civilisations, est riche de musques de la tradition de l’Italie du sud (interprétées par Officina Zoé et Ambrogio Sparagna), et de matériel d’archives, souvent rare, retrouvée à Montréal et en Italie du Sud.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM Articles reliés

  1. Les Italiens vus par Marcel Tremblay comme des Montréalais de «souche» (LANCEMENT)
  2. Giorgia Fumanti, la «personnalité» 2009 de la communauté italienne(VALORISATION)
  3. Coup de projecteur sur l’émigration italienne au Canada avec Giovanni Princigalli (CINÉMA)
  4. Le député Massimo Pacetti aime son drapeau canadien (COMMÉMORATION)

 

PHOTO: Image conçue par MEDIAMOSAIQUE.Com à partir des drapeaux italien et canadien auxquels on insère en haut à droite la photo du réalisateur Giovanni Princigalli.