Concordia lance un réseau d’étude sur les communautés anglophones

616

Un réseau de recherche sur les communautés québécoises d’expression anglaise (RRCQEA) a été lancé le 17 avril par l’Université Concordia, a appris l’Agence de presse «Média Mosaïque» dans une note émanant de l’institution envoyée à notre rédaction.

 

 

 

 

La cérémonie s’est déroulée en présence du commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser. «Cette alliance dynamique permettra de mener des travaux distincts sur les communautés anglophones du Québec», a annoncé M.Fraser.

Justifiant le bien-fondé de cette initiative, le commissaire aux langues officielles du Canada a soutenu que ces communautés «avaient grand besoin d’un tel réseau de recherche », arguant « qu’elles sont en constante évolution».

Pour sa part, la vice-rectrice à la recherche et aux études supérieures de Concordia, Louise Dandurand, a fait savoir que «le réseau soutiendra activement les objectifs que poursuit depuis longtemps l’Université, soit la promotion de recherches socialement pertinentes, une collaboration novatrice entre la collectivité et le monde universitaire, ainsi qu’un engagement communautaire et un dynamisme remarquables».

Le «Quebec Community Groups Network» est le principal partenaire de ce réseau qui va travailler également en étroite collaboration avec le gouvernement fédéral via le ministère Patrimoine Canadien, avions-nous appris.

Voué au développement de la capacité de recherche liée aux communautés québécoises d’expression anglaise et fondé en octobre, le RRCQEA est une initiative conjointe de l’École de formation continue de l’Université Concordia et de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques de l’Université de Moncton.

Le RRCQEA, dont le but est de faire avancer et de soutenir les collaborations de recherche entre la collectivité et le monde universitaire, encouragera la durabilité communautaire et sociale en mettant en valeur le dynamisme des communautés anglophones du Québec et en positionnant le milieu de la recherche comme un observateur et un acteur de la société des plus efficaces et judicieux, a conclu la note de Concordia.