Canada/USA/France: Quid de l’allègement de l’immigration en faveur d’Haïti?

645

À Port-au-Prince, les files s’allongent devant les représentations diplomatiques et consulaires du Canada, de la France et les Etats-Unis. Des centaines de personnes, jeunes dans la majorité, se sont accourus « pour bénéficier »  de mesures spéciales d’assouplissement des conditions  d’immigration à l’endroit des citoyens haïtiens lourdement touchés par le séisme.

Des  informations font croire à tous ceux qui sont capables de prouver des liens avec quelqu’un habitant les USA, le Canada ou La France et qui disposent d’un passeport, qu’ils sont éligibles pour un visa « humanitaire ». Pour fournir les informations précises et éviter plus de déconvenues à des gens déjà durement touchés. «Média Mosaïque» présente ici un résumé des mesures annoncées par les trois pays en matière d’immigration vis-à-vis des Haïtiens.

 

Le Canada

Comme annoncé dans une précédente dépêche, le Canada, à compter de maintenant, accorde la priorité aux demandes de parrainage, nouvelles et en cours, concernant des citoyens canadiens, des résidents permanents et des personnes protégées dont des membres de la famille immédiate se trouvent en Haïti.

Les demandeurs doivent toutefois indiquer que la situation actuelle les touche de façon directe et considérable, et en aviser Citoyenneté et Immigration Canada (CIC). La priorité sera également accordée aux dossiers d’adoption en attente au bureau des visas de Port-au-Prince.

Il n’est aucunement indiqué que des visas de quel type que ce soit seront délivrés sur une base humanitaire à des victimes du séisme ayant des parents au Canada.

 

La France

Tout comme le Canada, la France, par l’intermédiaire de son ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, a décidé la mise en place d’un dispositif exceptionnel et temporaire d’accueil en France.

Ce dispositif propose l’allégement de conditions de regroupement familial pour les dossiers déjà engagés, des facilités non précisées pour la délivrance de visa de séjour temporaire pour visites familiales et l’octroi de visas de séjour à titre humanitaire pour les victimes dont l’état de santé  nécessite un traitement médical spécialisé en France.

A ces mesures prises deux jours après le séisme, s’ajoutent de nouvelles arrêtées ce 18 janvier qui précisent que les personnes devant être évacuées pour recevoir des soins en France sont « exonérées de visa préalable » et des autorisations de séjour, de trois mois renouvelables, leur seront délivrées dès leur arrivée sur le sol français.

En plus, les personnes dont la demande de regroupement familial a été accueillie favorablement pourront venir en France « sans délai et sans visa préalable ». Les dossiers de regroupement familial en cours d’instruction sont déclarés « prioritaires » dans les préfectures.

Enfin,  les ressortissants haïtiens en situation régulière en France et dont les visas ou les titres de séjour arrivent à expiration après le 12 janvier 2010 « bénéficieront d’autorisations provisoires de séjour. Les procédures de reconduite, dans leur pays, des haïtiens en situation irrégulière en France sont également suspendues.

 

Les Etats-Unis d’Amérique

La ministre américaine de la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, a annoncé depuis le vendredi 15 janvier que son pays accordait  un statut de protection temporaire (Temporary Protected Status, TPS) aux ressortissants haïtiens qui se trouvaient aux Etats-Unis le 12 janvier 2010, date du séisme. Ce statut  leur permet de continuer à  vivre aux Etats-Unis  et à y travailler pendant 18 mois. 

Les services de Mme Napolitano ont fait savoir aussi que ce statut ne sera pas donné à ceux qui entrent aux Etats-Unis après le 12 janvier. Ce qui très certainement ouvrira la voie au rapatriement de ces derniers s’ils cherchent à demeurer illégalement dans ce pays.

 COUVERTURE SPÉCIALE

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Google (De gauche à droite, le premier-ministre canadien Stephen Harper, le président américain Barack Obama, le président français Nicolas Sarkozy)