Bouffe haïtienne: les députées Lisette Lapointe et Maria Mourani en raffolent (CUISINE)

1106

Les mets haïtiens font saliver les papilles gustatives des députées Lisette Lapointe et Maria Mourani. Celles-ci ont fait la confidence à l’Agence de presse «Média Mosaïque» lors de l’inauguration d’un nouveau restaurant de la bannière «Flap Flap» sur la rue Fleury dans le comté d’Ahuntsic.

Mme Lapointe sous le charme

Lisette Lapointe, épouse de l’ex-premier ministre du Québec Jacques Parizeau, qui siège à l’Assemblée nationale à titre de députée de Crémazie, affirme avoir déjà lié connaissance à la bouffe haïtienne en 2007 lors de son dernier voyage en Haïti dans le cadre d’une mission parlementaire.

Pour Mme Lapointe, «ce restaurant m’a redonné l’odeur et le goût de cette cuisine» des Antilles. «Ce à quoi je goûte-là, c’est très joli et je trouve ça vraiment savoureux, en plus c’est un très très bel endroit. Franchement, je suis très impressionnée», a témoigné l’élue provinciale du comté de Crémazie.

Mme Mourani, une adpete du «griyo» et des «cigares créoles»

La députée fédérale d’Ahunstic, Maria Mourani, qui avoue que son comté «se réjouit» de l’arrivée  d’une enseigne « Flap Flap » sur la rue Fleury, a de son côté, révélé à «Média Mosaïque» qu’elle n’est pas étrangère «culturellement» à la cuisine haïtienne.

«J’aime la cuisine créole, alors je suis bien servie aujourd’hui et je dois vous dire que ce n’est pas la première fois que je mange de la bouffe haïtienne», a déclaré, sourire jusqu’aux oreilles, la représentante des résidents d’Ahuntsic au parlement fédéral du Canada.

Mourani, d’enfoncer le clou, «J’aime beaucoup le griyo haïtien (rires) puis, le poulet barbecue, je l’aime aussi. Vous savez, moi, je suis née en Côte d’Ivoire et la cuisine africaine, créole, épicée, j’en connais, j’aime aussi les cigares créoles, c’est très très bon, tout ça j’en raffole (rires)».

Jean Pascal adore le «griyo» et le «riz collé»

Quant au champion de boxe Jean Pascal qui s’était «le devoir d’y être», il informe que «ma présence à l’inauguration de « Flap Flap » n’est pas juste pour les caméras. Je mange régulièrement chez « Flap Flap », je ne peux pas le faire à tous les jours parce que je suis un boxeur, je suis obligé de me plier à la diète».

«Mais c’est sûr que, quand je n’observe pas la diète pour un moment, ça se prend bien, parce que j’aime la cuisine des Caraïbes. Je suis un mordu du griyo et j’adore le riz collé (rires)», a confié le champion du monde au micro de l’Agence de presse «Média Mosaïque».

La philanthropie de «Flap Flap» séduit aussi…

Plus sérieusement, les parlementaires disent applaudir le fait que le fondateur de «Flap Flap», Ed Vertus, appuie la cause des jeunes en difficulté à Montréal-Nord. «C’est à encourager sa vision, c’est moderne, en plus ça porte vers l’économie sociale et supporte des causes très importantes dans le milieu», a noté Lisette Lapointe.

«Non seulement, je leur souhaite la bienvenue comme nouveaux investisseurs qui vont enrichir notre comté, mais aussi je les félicite d’avoir cet esprit social de vouloir faire des choses pour les jeunes et notamment de supporter le club de boxe L’Espoir», a, de son côté, conclu Maria Mourani.


MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

  1. Vers la standardisation de la restauration haïtienne au Québec: «Flap Flap» vend sa première franchise (INAUGURATION)
  2. Frank Stronach: l’histoire d’un pauvre immigré garagiste devenu milliardaire (PORTRAIT)
  3. Naima Mimoune: de la politique à la restauration
  4. Beverly Salomon: jeune haïtienne et propriétaire de quatre Jean Coutu?
  5. Démarrer en affaires demain et millionnaire une semaine après

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr Hubert Molaire (de gauche à droite, les députées québécoises (fédérale) Lisette Lapointe (Crémazie) et (provinciale) Maria Mourani (Ahuntsic) lors de l’inauguration du deuxième resto «Flap Flap» sur la rue Fleury.{jcomments on}