Bisbille dans le tête-à-tête Tremblay/Médias de la diversité

699

MONTRÉAL – Si une cinquantaine de représentants de médias s’adressant spécifiquement aux communautés culturelles avaient répondu à cette invitation du maire de Montréal, ils sont en revanche plusieurs à y voir, selon eux, une « tentative de manipulation » ou de « fausse représentation ».

En effet, grande a été la surprise pour plusieurs professionnels présents d’entendre le conseiller de l’arrondissement de St-Michel, Frantz Benjamin, qui faisait office de maître de cérémonie, d’inviter la présidente d’une structure complètement inconnue à prendre la parole au nom des médias de la diversité.

 

Concert de protestations

Pour Mario Corvitarte, éditeur de l’hebdo El Directorio Comercial (communauté latino-américaine): « c’est décevant, c’est improductif de voir des gens s’autoproclamer comme ça et c’est irresponsable de la part de la Ville de continuer avec ces mêmes pratiques en 2011. Qui l’a invitée à prendre la parole avec le consentement de qui? Sur quelle base, quelle est sa légitimité? Je n’ai jamais été consulté « .

Frustration partagée de la part du patron de Lusopresse (communauté portugaise). Si Norberto Aguiar admet avoir été invité une fois par la responsable de cet organisme, il confie cependant lui avoir clairement dit lors d’une réunion qu’elle avait convoquée « qu’on ne monte pas une association comme ça avec 3 ou 4 personnes ».

Idem pour George Guzmas, coéditeur de l’hebdo  Mon Laval (communauté grecque) qui, dans ses commentaires à chaud sur la terrasse de l’hôtel de ville, avait également fait part de sa stupéfaction et de sa déception.

À l’instar de Norberto Aguiar, le No 1 de Maghreb Canada Express,(communauté maghrébine) annonce qu’il va « dénoncer de toutes ses forces cette mascarade dans (son) prochain éditorial ». Abderrahman El Fouladi croit que le maire et les médias invités ont été purement et simplement « manipulés ».

« Ce qui, au-delà de la surprise, m’a dégoûté, c’est le machiavélisme du discours de la supposée présidente qui parle d’abord de son association, enchaîne avec de l’information sur le nombre des médias ethniques canadiens, ce qui laisse, d’une façon subliminale, entendre que tous ces médias sont derrière elle… », a ironisé El Fouladi de Maghreb Canada Express.

 

La Ville se lave les mains

Joint, à son tour, au téléphone par l’Agence de presse Médiamosaïque, l’élu de St-Michel a tenté de dédramatiser la situation.  « Il y a vraisemblablement une incompréhension de la part des responsables de médias », a rectifié, Frantz Benjamin qui écarte toute motivation politique derrière ce geste.

Le conseiller, qui a précisé que ce cocktail visait à tisser des liens pour que la Ville communique mieux avec la diversité, a expliqué que la présidente dudit organisme a été invitée à prendre la parole « sur la base de sa séniorité, vu que cette dame, Roumaine d’origine, œuvre dans le domaine depuis 30 à 35 ans ».

Dans la même veine, Benjamin informe que « la structure en question, qui s’appelle « Conseil de presse ethnique du Québec », n’a rien à voir avec une association, il s’agit d’un modèle calqué sur le format du Conseil de presse », a-t-il fait valoir.

 

LIRE aussi:

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

 

PHOTOTHÈQUE MÉDIAMOSAÏQUE (En haut, la photo de groupe avec Gérald Tremblay. En bas, le maire de Montréal en train de s’adresser aux membres des médias des communautés culturelles ).