Bernard Landry: un patriote opposé au nationalisme ethnique

642
MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – «Je ne suis pas un nationaliste, je suis un patriote», a martelé le professeur de 73 ans, Bernard Landry, qui l’a clarifié à l’attention d’un auditoire international  de jeunes réunis à l’Espace tunisien de la Famille dans le quartier Côte-des-Neiges, avait constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaïque.
Pour se démarquer de l’amalgame qu’on fait souvent entre nationalisme et patriotisme, le politicien retraité, pour préciser sa pensée, a évoqué en ce sens le cas de Maka Kotto qui est, comme lui, un indépendantiste québécois, alors que ce dernier est pourtant né au Cameroun, a grandi en France avant de devenir Québécois.
S’il dénonce le nationalisme ethnique, Bernard Landry ne veut par pour autant cracher sur  ce bouillonnement identitaire qui a le vent en poupe actuellement un peu partout. Condamnant toute prétention de supériorité d’une quelconque nation par rapport à une autre, il décèle cependant une vertu dans cette quête identitaire qui évite, selon lui, «la pensée unique» et qui «favorise également une diversité de vues dans l’inventivité humaine».
Souverainiste convaincu, Bernard Landry n’a pas raté l’occasion de le réaffirmer en réagissant à une question qui rappelait que le Canada n’alloue même pas la moitié du minimum exigé par l’ONU aux pays riches (0,7% de leur PIB) en termes d’aide au développement aux nations moins nanties du monde.
L’ex-député de Verchères a évoqué le cas d’Haïti envers qui les Québécois font toujours preuve d’une extrême générosité depuis des décennies. «Je paye mes taxes à une autre nation (le Canada) qui les dépense mal et à sa guise, voilà pourquoi il nous faut l’indépendance du Québec», a martelé l’ex-premier ministre.
«Un échange fructueux»
En entrevue à l’Agence de presse Médiamosaïque, quelques instants après son exposé, M. Landry n’a pas caché sa satisfaction : «j’ai trouvé cela très fructueux par ce qu’il y avait avant tout un dialogue. J’espère qu’ils ont appris beaucoup de moi et j’en ai appris d’eux c’est un partage d’opinion. J’ai bien aimé ces quelques heures passées en leur compagnie.»
Questionné sur son optimisme béat, il s’explique : «ce que j’ai dit à la jeunesse d’aujourd’hui, c’est que les horreurs qui se sont passées depuis 1930 ne sont pas à jamais conjurées, mais c’est beaucoup moins dangereux. Est-ce que l’Allemagne pourra attaquer la France comme ça aujourd’hui, le Japon, qui a des problèmes avec Toyota, pensez-vous qu’il va attaquer Pearl Arbor (USA)?»
=) TOUTE L’ACTUALITÉ SUR LA TUNISIE

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE (En haut et en bas, l’ex-premier ministre du Québec, lors de sa conférence à l’Espace tunisien de la famille au Forum international de discussion FID 2010, le dimanche 14 mars 2010 à Montréal)

=) ENCORE PLUS DE NOUVELLES:

MIBIEXPO – COUVERTURE SPÉCIALE:

RJCCQ: Entreprendre en région

À LIRE AUSSI:

QUÉBEC – CAMPAGNE ÉLECTORALE 2018 

AUTOUR du 6e Gala du Vivre-Ensemble

**VIVRE-ENSEMBLE: ACTIVITÉS 16 MAI