Banque Nationale devient «internationale»

91

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – La sphère d’influence de la Banque Nationale du Canada s’étend désormais au-delà du territoire national. Ce réseau, qui s’implante depuis bien des lustres dans les provinces canadiennes  du Québec, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, a maintenant, via des acquisitions d’importance, des tentacules, en Afrique et en Asie.

SUR LE MÊME SUJET:

En effet, l’hiver dernier, l’institution ayant pignon sur rue au 600 de la Gauchetière-Ouest a conclu une transaction qui lui a octroyé 20,9% du capital de NSIA, premier assureur en Afrique francophone et troisième institution bancaire en Côte d’Ivoire (25 filiales, 58 succursales bancaires, 42 agences d’assurances et des actifs de plus 1,2 milliards d’euros).

Banque Nationale détient aussi une participation dans une banque à l’Ile Maurice, AfrAsia, qui dispose des antennes dans plusieurs pays aussi comme le Zimbabwe, par exemple. Même tableau dans le continent asiatique puisque l’entreprise dirigée par Louis Vachon vient d’obtenir 42% de parts dans ABA Banque, la 6e plus grande banque au Cambodge, avions-nous appris.

«Ce sont des participations qui sont éventuellement appelées à augmenter dans le temps. On va essayer d’accompagner ces partenaires-là dans leur croissance, soit en mode d’acheter d’autres institutions en Afrique ou en Asie», a informé Claude Breton, le vice-président Affaires publiques et Relations investisseurs, en entrevue à l’Agence de presse Médiamosaïque, en marge d’une cérémonie reconnaissant l’apport des «réfugiés de la mer» patronnée par la Banque. 

Comme la Scotiabank en Amérique Latine?

Si cela a l’air de ressembler un peu à ce que fait Scotiabank en Amérique latine, Claude Breton tient cependant à préciser qu’il s’agit d’«un modèle d’affaires nouveau que vous ne trouverez pas dans les autres grandes banques canadiennes».  Le vice-président Affaires publiques et Relations investisseurs de Banque Nationale évoque le volet linguistique qui pèse apparemment beaucoup dans les nouvelles politiques d’expansion de son établissement financier.

«Nous, on travaille beaucoup la racine francophone. On pense que la compréhension est un élément déterminant dans le succès en affaires. On n’a pas de visée sur l’Amérique Latine. On cherche des régions qui sont sous-bancarisées, des pays à fort développement économique, des pays où la langue est, soit un héritage, soit très présente encore aujourd’hui. C’est le cas par exemple au Cambodge où le fait français demeure important ou en Afrique francophone où l’on envisage de devenir un joueur déterminant», a projeté M. Breton.

Il rajoute en précisant que «ce modèle unique ressemble, à certains égards, à la pratique de certaines grandes banques américaines. On veut voir si on peut répliquer ce modèle en sol africain ou asiatique. C’est construire une assise régionale très forte dans des pays où l’on peut augmenter les produits bancaires et toujours assurer le lien entre les entreprises canadiennes, africaines et asiatiques et voir comment ce monde-là peut se développer ensemble.»

    Sur le même sujet:

    Vient de paraître – Affaires et diversité:

    * MEDIAMOSAIQUE.Com Autour du 3e Gala Diversité:

    3e Gala Diversité: une soirée riche en couleurs, en glamour et en émotions (COMMUNIQUÉ)

    Gala Diversité: la Banque Nationale fière de son partenariat avec Médiamosaïque

    Du beau « changement » au 3e Gala de la Diversité !!!

    3e Gala Diversité – Cadeaux: Banque Nationale gâte nos convives

    La Banque Nationale devient « Commanditaire présentateur » des Grands Prix Mosaïque 2015 (COMMUNIQUÉ)

    La FCRR rend hommage à Donald Jean et à Médiamosaïque

    * MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:

    * MEDIAMOSAIQUE.Com vous recommande: