Aviez-vous vu «Black in America 2» sur CNN? (COMPTE-RENDU)

276

«Black in America 2» est la deuxième partie d’une série de documentaires diffusés depuis le 23 juillet 2009 par la chaîne américaine CNN. Elle met en évidence les défis auxquels est confrontée la population afro-américaine des États-Unis.

Exposition sans fard de la réalité

Dans ce documentaire, la charmante et brillante journaliste Soledad O’Brien (animatrice), rencontre des leaders de cette communauté et fait découvrir le quotidien des différentes couches sociales de cette minorité ethnique qui a vu un des leurs accéder à la magistrature suprême de l’État, en la personne de Barack Hussein Obama.

Des problèmes socio-économiques qui frappent cette partie de la population américaine, entre autres,  la pauvreté, le nombre alarmant de familles monoparentales, sont mis à nu. Les défis liés à l’éducation y sont exposés sans détour, a noté un journaliste de l’Agence de presse «Média Mosaïque» qui a visionné la série.

L’autre facette de la médaille

Cependant, les réalisateurs de ce documentaire n’ont pas circonscri leur coup de projecteur uniquement à ce côté sombre du vécu des Noirs. On donne également la parole à des modèles de réussite (artistes, entrepreneurs, travailleurs sociaux, bénévoles, etc.) qui défient les statistiques par la différence qu’ils font dans leur communauté et surtout l’espoir qu’ils apportent aux générations futures.

À titre d’exemple, citons le cas de Steve Perry, ce fondateur et directeur d’une école secondaire dont 100% des étudiants sont admis au collège à la fin de leurs études. Sans oublier l’activiste Malaak Compton-Rock qui apprend aux jeunes adolescents des valeurs comme l’entraide, l’engagement social à travers un séjour à Soweto (Afrique du Sud).

Un voyage qui a visiblement marqué la vie de chacun de ces jeunes qui ont embrassé des enfants sidéens, dansé sur les rythmes des townships et palpé la misère des jeunes de leur âge. Marqués par cette expérience, ils reviennent plus confiants en eux-mêmes et plus déterminés à changer le monde autour d’eux.

«Black in America 2» dresse également un tableau d’une élite noire riche et éduquée qui ne connait pas les vicissitudes de la vie à Harlem ou de la misère du Bronx. D’autres icônes de l’industrie du cinéma, du monde des affaires, et d’autres professionnels ont également partagé leurs expériences tout en témoignant des obstacles qui ont jalonné leur cheminement.

Crise d’identité et pistes de similarité avec la situation au Québec?

À noter que, bon nombre de ces Noirs, quoique riches, font face à une véritable crise d’identité aux États-Unis. Car, pris entre deux mondes, certains sont à moitié rejetés par les membres de leur propre communauté et partiellement acceptés en dépit de leur fortune ou de leur notoriété par leurs pairs nantis issus du groupe majoritaire.

Ce documentaire, qui déjà alimente bien des réflexions sur le blogue qui lui est dédié, va au-delà des stéréotypes pour montrer la complexité des défis à relever et met en évidence des modèles de réussite et des pratiques exemplaires (dont pourraient s’inspirer certains intervenants travaillant avec les jeunes issus des minorités visibles) au Québec.

Un documentaire qui fait étrangement penser à «Être Noir au Québec», une enquête de l’émission «Enjeux» qui a été diffusée sur les ondes de Radio-Canada en 2001. Environ huit (8) ans après la réalisation de ce reportage, une deuxième édition permettrait sans nul doute de vérifier la progression ou le recul de l’intégration de cette communauté dans la société d’accueil.

 

PHOTO Cr The Luscious Librairian (Une famille noire américaine)