Avec un film d’un maigre budget de 6000$, un Ivoirien d’Ottawa s’impose à Hollywood (CINÉMA)

1246

Il s’appelle Pascal Aka. Ce jeune cinéaste d’Ottawa vient de se faire connaître à Hollywood en remportant le prix de la « meilleure séquence d’action » dans le cadre du plus grand «festival de films d’action (Action On Film Festival)» de Californie qui s’est déroulé le 27 juillet dernier à Los Angeles, a appris l’Agence de presse «Média Mosaïque».

«Jamie and Eddie: Souls of Strife», tel est  le titre  du tout premier film du jeune réalisateur, né en Côte d’Ivoire, qui a ensuite grandi au Ghana avant de s’installer au Canada il y a sept ans où il a entamé une année après son arrivée ses études à l’Université Carleton.

M.Aka, qui a obtenu son diplôme en cinématographie à ladite université,  avait seulement 19 ans au début de la réalisation de ce film d’action et d’arts martiaux. Il a décidé de poursuivre la production tout en étudiant à temps plein, a-t-il précisé dans son communiqué reçu par courriel à la rédaction de MEDIAMOSAIQUE.Com.

Le cash n’est pas tout….

Preuve que le génie a encore préséance sur l’argent! Doté d’un budget risible de 6000 dollars CAN, son film, entièrement tourné dans la capitale canadienne, a surclassé des productions dont les coûts dépassent plus d’un million de dollars. À noter que, plus de 400 films d’action du monde, provenant du Canada, de l’Australie, de l’Angleterre, de l’Afrique, de la Thaïlande, de l’Allemagne, de la Suède, du Japon, de la Chine, de la Russie, de l’Italie, de l’Espagne et de partout aux États-Unis, ont été présentés dans le cadre de ce festival.

«Nous espérons que cela incitera les jeunes réalisateurs et passionnés de cinéma à ne pas lâcher, à y croire, car tout est possible», ont déclaré Pascal Aka et André Givogue (ce dernier joue le rôle principal du film) en revenant au pays après avoir obtenu le trophée de la « meilleure séquence d’action » à Pasadena (Californie).

Un rêve de gosse qui se réalise

«Depuis que j’avais quatre ans, je savais ce que je voulais faire : devenir un réalisateur de films. J’ai étudié à Ottawa pour réaliser ce rêve. Ces années d’études m’ont permis d’acquérir les connaissances qu’il me fallait pour réaliser le film que je voulais. Lorsque j’ai été prêt, j’ai dû chercher dans Internet pour me trouver les acteurs qu’il me fallait. Au moins 150 personnes ont répondu. C’est là que j’ai rencontré un très bon ami, André Givogue» avait-il confié à un journal local «La Nouvelle».

Dans le communiqué qu’il nous a fait parvenir à MEDIAMOSAIQUE.Com, Pascal Aka informe que «plus de 80 acteurs et membres d’équipe locaux ont participé» à la matérialisation de ce projet auquel il a dû consacrer «deux années de production et 61 jours de tournage».

Fier de son coup, le jeune réalisateur africain a plus loin estimé que son film «Jamie and Eddie: Souls of Strife» qui connaît, à son avis, «beaucoup de succès dans le monde hollywoodien», met définitivement «l’industrie cinématographique canadienne au premier plan».

Pour plus de renseignements, consultez son site: www.pascalaka.com

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

  1. Essoufflé? Le réalisateur Jean Alix Holmand présente «À bout de souffle» (CINÉMA)
  2. Mideleine Lubins, la première actrice porno connue de la communauté haïtienne (CINÉMA)
  3. Sybille: l’histoire d’une ado et d’un adulte dans la cinquantaine (CINÉMA)
  4. FIFM : du 7e art pour connaître les Juifs autrement à Montréal(INÉMA)
  5. Buzz pour le cinéma québécois en Haïti(CINÉMA)?
  6. La «petite reine du konpa», Misty Jean, s’essaye au cinéma
  7. Dix ans déjà pour le Festival du monde arabe(CINÉMA)!

 

PHOTOS: (En haut) L’acteur André Givogue et le réalisateur Pascal Aka. (En bas), la pochette du DVD du film «Jamie and Eddie: Souls of Strife»{jcomments off}