Bannière

Media Mosaique

Vendredi, 23 Février 2018
Accueil Arts et Spectacles Showbiz Radio-Canada menacée par «l’entreprise idéologique» d’Ottawa

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

De tels propos sont signés de l’ex-star de l’info de la télévision de Radio-Canada. Ce qui indique bien que Bernard Derome ne digère pas du tout  la vision conservatrice du gouvernement Harper vis-à-vis de la SRC.

 

 

 

 

Alors qu’il recevait le 21 mai dernier la «médaille d’honneur» à l’Assemblée nationale pour la qualité des services rendus à la société québécoise, l’ex-chef d’antenne du «Téléjournal » a fermé ses yeux pour laisser parler son cœur.

Commentant la crise financière à laquelle fait face la SRC, Bernard Derome n’a pas hésité à qualifier les coupes budgétaires drastiques imposées par Ottawa à la société d’État «d’entreprise idéologique de la part du gouvernement fédéral», d'après ce qu'a rapporté l'Agence de presse «Média Mosaïque».

«Si on devait continuer à se faire couper les jambes, année après année, budget après budget, si la norme signifie que désormais, on doit gérer la décroissance, comment une institution comme Radio-Canada qui a été au centre du développement des francophones et qui continue de l'être, comment cette société de services publics qui est la référence en information pourrait-elle le demeurer?» s’est demandé le journaliste qui a même suggéré au public de se porter à la défense du diffuseur public.

Bernard Derome, dont le savoir-faire et la touche personnelle ont épaté divers pans de la société québécoise, croit que le gouvernement de droite dirigé par Stephen Harper n’en sortira pas pour autant gagnant.

Car, «on connaît les conséquences d'un nivellement par le bas, il n'y aurait que des perdants sur toute la ligne», a prévenu le jeune retraité de la SRC qui a passé le maillet, il y a juste quelques mois, à la journaliste Céline Galipeau après 33 ans de service à la barre du «Téléjournal ».

 

(Photo)  Cr. PC

Bernard Derome exhibant sa médaille d'honneur après l'avoir reçue à l'Assemblée nationale du Québec le jeudi 21 mai 2009.




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 

Commentaires  

 
0 #5 Chabaane 2009-05-28 17:05 Derome n'a jamais pris part a des debats extrêmement importants qui ont divisé la société québécoise. Il s'est toujours limité à lire les nouvelles. Pour mapart, cet homme n'est pas une autorité. Pourquoi n'a-t-il pas proposé l'examen de la situation des immigrants au Québec? Il pouvait initier une pétition dans ce sens…Radio-Canada ne mérite pas la compassion si ces résultats sont décevants. Elle doit d'abord s'ouvrir à la diversité de notre Québec… Citer
 
 
0 #4 A.Benariba 2009-05-27 14:28 @N.Fleury
Vous avez raison! M.Derome doit faire un tel plaidoyer pour les minorités qui sont invisibles dans sa radiocanadienne . Pourquoi n'a-t-il jamais dit que le personnel doit ressembler aux gens que l'on croise chaque jour dans la rue à Montréal. Il y a un gros problème M.Derome.
Citer
 
 
0 #3 N.Fleury 2009-05-26 09:43 Il s'agit d'un débat auquel je refuse de mêler parce qu'il est québéco-québécois de pure souche, si ça peut vous plaire. Vous avez entièrement raison M.Derome de condamner les politiques rétrogrades de Harper. Cependant, ne comptez pas sur mon appui parce que votre «service public» blanc, catholique et francophone ignore l'existence des minorités, des fois il conforte les préjugés à leur endroit avec leurs taxes en plus. Alors défendez votre cause et je vous suis. Citer
 
 
0 #2 Ludovic Castonguay 2009-05-26 08:52 La crise économique sert vraiment de prétexte à Harper pour refroidir les ardeurs des Radiocanadiens qui ont toujours été considérés par l'entourage de Harper comme des militants libéraux. Citer
 
 
0 #1 Zinai Geba 2009-05-26 07:57 "comment cette société de services publics qui est la référence en information pourrait-elle le demeurer?"(Derome)

Société de services publics? Trop drôle.

Radio-Canada est complètement inféodée au monopole médiatique Gesca de Power Corporation qui fait l'incubation des Premiers Ministres du Canada et maintenant de France.

Référence en information ! :-)
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Pourquoi le MosaïZOOM? Donald Jean, l'initiateur, répond (VIDÉO)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Quid du MosaïZOOM? Quelle en est sa portée? Le mieux placé pour en parler demeure bien évidemment l'initiateur de cette nouvelle affiche, en la personne de Donald Jean? En effet, selon le PDG de Médiamosaïque, cette initiative ''envoie un puissant message en termes de consolidation (du) positionnement'' de son organisation.

 

Luciano Del Negro nommé président du Conseil Éditorial de Médiamosaïque

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Luciano Del Negro vient d'être investi dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil Éditorial de l'Agence de presse Médiamosaïque. L'annonce a été faite lors de la première édition du MosaïZOOM, le cocktail de la rentrée de la diversité, qui s'est déroulé à la Tour Banque Nationale le 20 octobre dernier à Montréal.

 

L'Agenda de l'année de la diversité dévoilé au MosaïZOOM (COMMUNIQUÉ)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Coup d'envoi ce jeudi 20 octobre de la première édition du MosaïZOOM. L'événement, qui a eu lieu, comme annoncé, à la Tour Banque Nationale, s'est déroulé en présence d'un public ravi de l'initiative. Réalisé par l'Agence de presse Médiamosaïque et présenté par la Banque Nationale, le MosaïZOOM a levé le voile sur un chronogramme d'activités destinées à faire briller la diversité à travers le Québec et dans le Canada.  

 

Grand comeback du premier blogue de la diversité!

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Après avoir fracassé des records d'audience ou de consultations sur la plateforme de Médiamosaïque, le premier blogue de la diversité effectue son grand comeback cet automne. Avec une palette de thématiques et de nouvelles têtes d'affiche, le MosaïBLOGUE revient en force, et ce, pour la plus grande délectation des lecteurs.