Bannière

Media Mosaique

Vendredi, 23 Février 2018
Accueil Arts et Spectacles Showbiz Christine Atallah : «le showbiz, une famille très serrée au Québec»

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

MONTRÉAL - Une voix de plus monte au créneau pour dénoncer le manque d’ouverture envers les artistes issus de la diversité qui caractériserait le milieu du showbiz de la Belle Province: il s'agit de celle de la Québécoise Christine Atallah.

 

Milieu «mainstream» hermétique

Née pourtant au Québec, de parents d’origine libanaise ayant immigré à Montréal au début du siècle dernier, Christine Atallah refuse de comprendre pourquoi on tient encore à associer «Le Liban» à son nom à chaque fois qu’elle doit performer quelque part. «Je suis une vraie Québécoise, pas vrai!», a-t-elle lâché en rigolant en entrevue à l’Agence de presse Médiamosaïque.

Mme Atallah, qui chante depuis sa tendre enfance avant de se lancer véritablement en 2003 dans une carrière professionnelle avec les Bassalindos, refuse d’y croire, mais se voit, malgré tout, forcée d’interpréter l’hermétisme du milieu «mainstream» québécois à son endroit en raison de la consonance arabe de son nom.

 

Ne plus «garder le nom Atallah»?

«Moi, qui adore tellement le Québec, j’aurais bien aimé qu’un de mes parents soit Québécois de souche, peut-être j’aurais plus percé, peut-être que je ne devrais pas garder le nom Atallah», s’interroge celle qui se prénomme «la diva rebelle» dans un reportage voué exclusivement à sa carrière diffusé sur le site de Radio Canada International.

Dans ce court métrage vidéo, réalisé par la journaliste Nadia Zouaoui dans le cadre du concours «Racines» de RCI, visionné par un journaliste de Médiamosaïque, la jeune femme a pris, hélas, la peine de préciser que «le nom Atallah... mais, c’est tellement beau hein! Cela signifie : don de Dieu. J’ai le Christ dans mon prénom!».

 

Un paradoxe omniprésent

Christine révèle par ailleurs que le pseudo «diva rebelle» lui colle encore la peau pour avoir osé affronter ses parents qui étaient ultra sévères à son endroit. Elle a souhaité devenir une artiste contre les voeux de ces derniers qui lui préféraient une «profession viable» aux yeux de sa communauté d'origine. Elle s'opposait fermement aux traditions culturelles arabes consacrant la primauté des droits des mâles sur les femelles dans le giron familial.

«C'est curieux et paradoxal, je suis Québécoise née au Québec, pas ailleurs au Canada, et l'on me refuse ce droit de me sentir pleinement Québécoise alors que mes amis arabes me disent: toi, tu n'es pas tout à fait Arabe», a fait remarquer à Médiamosaïque Mme Atallah qui n'épargne jamais ses interlocuteurs de sa bonne humeur et de ses éclats de rires.

 

Un milieu plutôt favorable aux «couples mixtes»?

Si elle pense que la société n’est pas fermée en soi, Mme Atallah pense toutefois que «le milieu du showbiz l’est. En tout cas, c’est mystérieux». Évoquant quelques rares cas de réussites artistiques issues de la diversité au Québec, la Montréalaise a souligné que la plupart d’entre elles ont un membre de la famille rapprochée qui gravite autour du milieu.

«Ceux qui finissent par s’infiltrer dans ce club ont un membre de leur équipe ou un parent dans la famille showbiz qui est Québécois de souche», a-t-elle soutenu en faisant référence, entre autres, à Lynda Thalie, dont Patrick Cameron, «qui connaît bien ce monde», a-t-elle rappelé, n’est rien d’autre que le manager et le mari de la star d’origine algérienne.

Visionnez ce reportage vidéo!
http://racines.rcinet.ca/video/329/La-diva-rebelle-par-Nadia-Zouaoui

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr BV Google (Image tirée du vidéoclip d'une chanson interprétée par la chanteuse Christine Atallah)

 




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 

Commentaires  

 
0 #3 Yanicka Joseph 2010-07-05 05:46 D'accord avec vous Bernard, mais un petit rappel:Céline a chanté pour le Pape très puissant parce qu'elle était référée par de bonnes personnes très honnêtes et non égoïstes.C'est sûr que René ou un autre gérant désireux de faire connaître et respecter la culture québécoise au niveau international aurait eu le même succès. Les gérants doivent être plus ouverts et commencer à considérer TOUS les enfants nés au Québec comme des Québécois en enlevant les mots souche origine et accueil, comme aux USA. Citer
 
 
0 #2 Yanicka Joseph 2010-07-05 05:13 Salut Christine, je suis la Maman toujours présente à tous les concerts, comédies musicales et autres à la Salle Oscar Peterson\UConcordia (2000-2004), surtout les soirées avec John Winyarz, Jeri Brown, Mme Thériault, etc… Tu as décrit avec exactitude la réalité que vit aussi ma fille, née à l'hôpital Ste-Justine de MTL, depuis sa graduation (2004) en Musique & Littérature à se faire une place comme auteure, compositrice & interprète (JAZZ, R&B,POP). Merci pour ta franchise et ton courage! Citer
 
 
0 #1 Bernard Bujold 2010-06-17 03:35 Le show biz québécois n'est pas isolé par race mais par clans. Les clans sont comme des mafias.
La race n'est pas un élément décisif en soi.
N'oublions pas que le plus grand gérant au monde est un Québecois - Montréalais, d'origine arabe: René Angélil…
Christine Atallah a un immense talent mais, il lui a manqué jusqu'à date l'autre moitié, soit un gérant à la grandeur de son talent à elle.
Malheureusement René ne s'occupe que de Céline…
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Pourquoi le MosaïZOOM? Donald Jean, l'initiateur, répond (VIDÉO)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Quid du MosaïZOOM? Quelle en est sa portée? Le mieux placé pour en parler demeure bien évidemment l'initiateur de cette nouvelle affiche, en la personne de Donald Jean? En effet, selon le PDG de Médiamosaïque, cette initiative ''envoie un puissant message en termes de consolidation (du) positionnement'' de son organisation.

 

Luciano Del Negro nommé président du Conseil Éditorial de Médiamosaïque

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Luciano Del Negro vient d'être investi dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil Éditorial de l'Agence de presse Médiamosaïque. L'annonce a été faite lors de la première édition du MosaïZOOM, le cocktail de la rentrée de la diversité, qui s'est déroulé à la Tour Banque Nationale le 20 octobre dernier à Montréal.

 

L'Agenda de l'année de la diversité dévoilé au MosaïZOOM (COMMUNIQUÉ)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Coup d'envoi ce jeudi 20 octobre de la première édition du MosaïZOOM. L'événement, qui a eu lieu, comme annoncé, à la Tour Banque Nationale, s'est déroulé en présence d'un public ravi de l'initiative. Réalisé par l'Agence de presse Médiamosaïque et présenté par la Banque Nationale, le MosaïZOOM a levé le voile sur un chronogramme d'activités destinées à faire briller la diversité à travers le Québec et dans le Canada.  

 

Grand comeback du premier blogue de la diversité!

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Après avoir fracassé des records d'audience ou de consultations sur la plateforme de Médiamosaïque, le premier blogue de la diversité effectue son grand comeback cet automne. Avec une palette de thématiques et de nouvelles têtes d'affiche, le MosaïBLOGUE revient en force, et ce, pour la plus grande délectation des lecteurs.