Bannière

Media Mosaique

Samedi, 18 Novembre 2017
Accueil Actualités Monde Obama n'a pas fait que des heureux à Ottawa

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

Un journaliste d’Al-Jazeera s’en prend à Ottawa pour avoir, bloqué l’accès aux journalistes outre-mer, selon lui, à la salle de conférence où Obama rencontrait la presse en compagnie de Stephen Harper.

 

 

 

 

«Écoutez, c’était très mal organisé cette affaire-là!», a critiqué, au micro d'un journaliste de l'Agence de presse «Média Mosaïque», Gharrs Lofti qui couvrait l’événement sur place à Ottawa pour la chaîne panarabe le 19 février dernier.

M.Lofti, qui avait suivi le processus normal et obtenu son accréditation en bonne et due forme auprès du service de presse du bureau du premier-ministre, a dénoncé le fait que les responsables du protocole lui aient contraint de rester dans un lieu différent de l'endroit où se déroulait la conférence de presse.

Il avait fini par entrer dans la salle où se trouvaient les deux mandataires américain et canadien après avoir menacé de faire de cette histoire l'angle de son reportage. «À gorge déployée, je leur ai dis: écoutez... pas de problème, je vais dire que le gouvernement canadien ne veut pas que les journalistes d'origine arabe et musulmane assister à la conférence entre M.Obama et M.Harper».

«Une fois que j'ai dit ça, ils m'ont laissé entrer dans ladite salle. Toutefois, en arrivant c'était pour rien, parce qu'ils avaient déjà choisi deux journalistes canadiens et deux autres américains pour poser chacun deux questions au premier-ministre et au président», a raconté le journaliste arabe, visiblement déçu.

Gharrs Lofti déplore le fait que les journalistes canadiens et américains s'obstinaient à poser des questions sur l'environnement alors que tout le monde connaît déjà la position adoptée par l'administration Obama et le gouvernement Harper.

«Moi, je pensais que c'était l'occasion de demander à Obama sa réaction par rapport aux 1 300 morts civils en Palestines. C'est plus important que le problème climatique.  Les 2 000 morts en Afghanistan, c'es plus important, l'affaire d'Omar Khadr, le dossier de l'Iran, c'est beaucoup plus important!», de l'avis de Gharrs Lofti.

Il soutient que «tôt ou tard, M.Obama finira par répondre à ces questions: Est-ce que la démocratie promise par sa nouvelle administration va rendre justice à ces Palestiniens tués par des bombes qui sont strictement interdites sur la scène internationale?»

Barack Obama doit dire, de poursuivre Lofti, : «est-ce que la Maison Blanche est effectivement prête à discuter sans conditions avec l'Iran alors que ce pays avait bravé toutes les conditions mises de l'avant par l'administration Bush? Et si oui comment ça va se faire M.Obama?»

Selon le journaliste d'Al Jazeera, tout a été fait pour ne pas mettre le gouvernement minoritaire de Stephen Harper mal à l'aise dans le dossier de l'Afghanistan vis-à-vis de l'opposition et de l'opinion publique canadienne. «Dans de telles circonstances, pourquoi inviter les journalistes si vous ne voulez pas répondre aux questions essentielles», a demandé en vain M Lofti en entrevue à MEDIAMOSAIQUE.COM.




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 

Commentaires  

 
0 #2 Jocelyn Nadeau 2009-03-02 14:08 Eh attention! Les journalistes issus des communautés culturelles ou de l'immigration ne sont pas forcément de couleur! Ça se peut qu'il y en ait eu à la conférence. Sans quoi, ce serait de la discrimantion! J'imagine que M.Lofti n'est pas le seul à avoir demander une accréditation vu la popularité de M.Obama chez les immigrants… Citer
 
 
0 #1 Julie 2009-03-02 13:34 Lors de la conférence de presse, je n'ai pas vu des journalistes issus de communautés culturelles dites visibles. Et aucun d'entre eux n'ont eu la possibilité de poser une question à Obama et à Harper. Est-ce cela la démocratie? J'en doute fortement!!! Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Pourquoi le MosaïZOOM? Donald Jean, l'initiateur, répond (VIDÉO)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Quid du MosaïZOOM? Quelle en est sa portée? Le mieux placé pour en parler demeure bien évidemment l'initiateur de cette nouvelle affiche, en la personne de Donald Jean? En effet, selon le PDG de Médiamosaïque, cette initiative ''envoie un puissant message en termes de consolidation (du) positionnement'' de son organisation.

 

Luciano Del Negro nommé président du Conseil Éditorial de Médiamosaïque

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Luciano Del Negro vient d'être investi dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil Éditorial de l'Agence de presse Médiamosaïque. L'annonce a été faite lors de la première édition du MosaïZOOM, le cocktail de la rentrée de la diversité, qui s'est déroulé à la Tour Banque Nationale le 20 octobre dernier à Montréal.

 

L'Agenda de l'année de la diversité dévoilé au MosaïZOOM (COMMUNIQUÉ)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Coup d'envoi ce jeudi 20 octobre de la première édition du MosaïZOOM. L'événement, qui a eu lieu, comme annoncé, à la Tour Banque Nationale, s'est déroulé en présence d'un public ravi de l'initiative. Réalisé par l'Agence de presse Médiamosaïque et présenté par la Banque Nationale, le MosaïZOOM a levé le voile sur un chronogramme d'activités destinées à faire briller la diversité à travers le Québec et dans le Canada.  

 

Grand comeback du premier blogue de la diversité!

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Après avoir fracassé des records d'audience ou de consultations sur la plateforme de Médiamosaïque, le premier blogue de la diversité effectue son grand comeback cet automne. Avec une palette de thématiques et de nouvelles têtes d'affiche, le MosaïBLOGUE revient en force, et ce, pour la plus grande délectation des lecteurs.