Bannière

Media Mosaique

Vendredi, 23 Février 2018
Accueil Voyages Carnet de voyages Un potentiel successeur de Kabila au Congo de passage à Montréal

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) - Oscar Kashala, qui a rencontré ses compatriotes de la diaspora congolaise du Canada à Montréal, veut «un changement du climat politique au Congo». Le président national de l’Union pour la Reconstruction du Congo (UREC) refuse de «voir les Congolais continuer à souffrir de la sorte» alors que ces derniers vivent sur l'un des sous-sols les plus convoités de la planète.

Table rase du statu quo

Intervenant, le 24 juillet dernier, aux côtés d'un autre conférencier, le Dr Justin Kankwenda Mbaya, à l’hôtel Marriott Château Champlain, lors d’une conférence organisée par le Bureau international d’études pour la paix et le développement (BIEPD), le candidat à la présidentielle congolaise de 2006 a plaidé en faveur d’«un renouvellement du leadership politique» en RDC.

Très articulé, visiblement à l’aise devant son auditoire, le médecin, devenu politicien, souhaite que son peuple ne soit plus dirigé par des cancres. «Il nous faut des gens compétents pour diriger un grand pays comme le nôtre», a-t-il exigé lors de cet événement organisé en collaboration avec la Communauté congolaise de Montréal (COCOM) et l'Association des Congolais de Québec (ACQ).

«Imaginez que les Américains installent un mécanicien à la Maison Blanche!», a illustré Kashala pour démontrer à ses compatriotes le danger auquel ils s’exposent en élisant des leaders qui n’ont aucune formation académique, aucune expérience, aucun pedigree pour pouvoir apprécier l’immensité et la complexité de la charge de travail qui les attend.

Au-delà des hommes, a-t-il rappelé, qui sont naturellement tous mortels, il réclame plutôt «un changement du système en place» qui est, selon lui, incapable de produire des résultats à même d’améliorer les conditions de vie du peuple congolais, a rapporté un journaliste de l'Agence de presse «Média Mosaïque» qui a assisté à une partie de cette conférence.

Autocritique obligatoire des Congolais

S’il s’en prend à l’élite et à la classe politique qui, a-t-il dit,  n’ont pas été à hauteur des attentes des citoyens congolais, le médecin politicien n'a pas, non plus, raté l'occasion de blâmer ces derniers. Dr Kashala, qui, sur une liste de 33 candidats, avait obtenu la 5e place lors de l’élection présidentielle de 2006, pense que les Congolais doivent, eux aussi, obligatoirement «changer de mentalité».

«Le véritable problème est celui du tissu moral, le problème de caractère du Congolais. Le manque de solidarité entre les Congolais, aussi bien de l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, les divisions internes,  le manque d’esprit d’équipe, le fait de ne pas penser pour le Congo, d’abord, avant de penser pour sa propre ethnie, autant de maux à combattre en notre sein», a énuméré le professeur de Harvard qui a œuvré pendant quelques années à titre d’expert au sein de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Faut-il une démocratie à la congolaise?

Sans être pessimiste, Kashala, qui se met évidemment en réserve de la République, refuse de croire que les Congolais soient incapables de se conformer au standard de la démocratie, tel que le concept est compris et appliqué en Occident, même si à un moment donné, il s'est lui même demandé, et nous le citons : «faut-il adapter la démocratie à la congolaise?».

S’inspirant par ailleurs des conclusions d’une chercheure à Harvard University, du nom de Susan Hunt, Oscar Kashala pense qu’il faut une plus grande présence des femmes dans l’administration publique et sur la scène politique. Car, à en croire, l’étude de Susan Hunt, rapportée par Kashala, dans toute institution où l’on accuse une forte participation féminine, le niveau de corruption est réduit à 30%.

Secouant l’état d’âme de ses compatriotes, il estime qu’il est temps pour les vivants d’aujourd’hui de passer à l’action s’ils veulent être pris au sérieux par les prochaines générations. Car, cinquante ans après avoir accédé à l’indépendance, «le peuple congolais ne peut plus attendre. Il a enfin besoin de vivre, de manger, de s’instruire, d’être soigné, de se sentir en sécurité sur son propre territoire», s'impatiente le No 1 de l’UREC.

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés

PHOTOS MEDIAMOSAIQUE.Com (En haut, Dr Oscar Kashala, lors de son speech improvisé le 24 juillet dernier. En bas, une vue de l'assistance ce jour-là à l'hôtel Marriott Château Chmaplain sur la rue Gauchetière à Montréal)

 




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 

Commentaires  

 
0 #7 Claudette 2014-07-20 01:50 My brother recommended I might like thijs web site. He wass entirely right.
This post truly made my day. You can not imagine juhst how
much time I had spenht for this info! Thanks!

Also visit my web-site: Xbox Live Gold
Free Membership: http://gamehammerx.com/xbox-live-free-code-generator-over-5000-active-codes
Citer
 
 
0 #6 jean paul 2010-08-09 14:54 c'est pas à dix mille km quil faut parlé , vous les politiques vous êtes tous les même c'est d'abord vos familles et cos copains cessez de vous moqué du peuple c'est pendant le maleur qu'on connais son vrai amis le peuple meurent de fin de la malaria dd sida et vous vous ne faire que crié très loin de ce peuple dans des salles climatisé avec le champagne et caviar botika kokosa biso Citer
 
 
0 #5 Sayouba Y. Traoré 2010-08-02 14:09 Vous avez absolument raison Dr Kashala.On ne peut pas laisser l'audace seulement aux cancres. Les gens les mieux préparés doivent aussi avoir de l'audace pour ne pas laisser ce que nous avons de plus important (la gestion d'un pays) à la portée des incompétents.

Bon séjour au Canada Dr Kashala!
Citer
 
 
0 #4 laurent MK 2010-08-02 10:22 Oui , Dr kashala vous avez raison. le pays est derigé par le chaufeur taximan , les musiciens qui font la loi , les animateurs culturels. Non, tout doit changer!
Il nous faut des hommes qu'il faut , à la place qu'il faut!
helas, cet adage ne s'applique point au congo , c'est une honte grave au 21e ciecle …
Allez de l'avant Dr. kashala, Nous Vous soutenons!! Nous voulons le changement total au pays dont la R.D.congo! courage!!
Citer
 
 
0 #3 zagghond19 2010-08-02 04:44 Cancre,oui puisque vous avez eu la chance de bcp étudier,Gloire à Dieu!!! Rentrez au pays cher Dr.K. et faites vous connaître au peuple pour l'échéance 2011.
Applaudissez un peu,seulement un peu ce le cancre à réaliser, que Les Dr. et consors de la 2ieme république n'ont jamais fais,dites seulement je peux mieux!!! Apprenez à accepter les bien faits des autres.
Que Dieu vous bénisse.
Citer
 
 
0 #2 Alphonse 2010-08-02 03:31 Vous aimez rêver, vous autres de la diaspo: Oscar a suscité bcp d'espoir en 2006 puis, battu, il est parti pour de bon! Qu'il ne croit pas qu'en restant loin du peuple il saura jamais gagner sa confiance en 2011. Revenez au pays, posez des actes concrets… et représentez-vous en 2016. Citer
 
 
+1 #1 Wasaluswa Mack Vava 2010-07-31 06:23 Sont peuples ne soient diriger par le cancre, c'est un propos injurieux, nous savons que Dr.Kashasla fut candidat à l'élection du 2006 qu'avez-vous aménager de la reconstruction de la RDC, maintenant vous êtes plus loin de la RDC, nous savons le candidat doit sortir de l'occident mais nous vous demanderons de revenir au pays faire de campagne ou vous faire savoir auprès de la masse pour que les choses précédente ne se répéte point, pour que vous sâchiez déjà comment vous positionner dans la course qui vient et que vous ayez de la chance pour nos congolais à part entière, Reviens aupays pendant un certain temps pour la reprise de contact à la base , surtout à la base pour qu'ils ne disent pas que "ye toyebi ye te, soki abimeli wapi ?" Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Pourquoi le MosaïZOOM? Donald Jean, l'initiateur, répond (VIDÉO)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Quid du MosaïZOOM? Quelle en est sa portée? Le mieux placé pour en parler demeure bien évidemment l'initiateur de cette nouvelle affiche, en la personne de Donald Jean? En effet, selon le PDG de Médiamosaïque, cette initiative ''envoie un puissant message en termes de consolidation (du) positionnement'' de son organisation.

 

Luciano Del Negro nommé président du Conseil Éditorial de Médiamosaïque

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Luciano Del Negro vient d'être investi dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil Éditorial de l'Agence de presse Médiamosaïque. L'annonce a été faite lors de la première édition du MosaïZOOM, le cocktail de la rentrée de la diversité, qui s'est déroulé à la Tour Banque Nationale le 20 octobre dernier à Montréal.

 

L'Agenda de l'année de la diversité dévoilé au MosaïZOOM (COMMUNIQUÉ)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Coup d'envoi ce jeudi 20 octobre de la première édition du MosaïZOOM. L'événement, qui a eu lieu, comme annoncé, à la Tour Banque Nationale, s'est déroulé en présence d'un public ravi de l'initiative. Réalisé par l'Agence de presse Médiamosaïque et présenté par la Banque Nationale, le MosaïZOOM a levé le voile sur un chronogramme d'activités destinées à faire briller la diversité à travers le Québec et dans le Canada.  

 

Grand comeback du premier blogue de la diversité!

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Après avoir fracassé des records d'audience ou de consultations sur la plateforme de Médiamosaïque, le premier blogue de la diversité effectue son grand comeback cet automne. Avec une palette de thématiques et de nouvelles têtes d'affiche, le MosaïBLOGUE revient en force, et ce, pour la plus grande délectation des lecteurs.