Bannière

Media Mosaique

Mardi, 17 Octobre 2017
Accueil


Yasmine Alloul est la présidente de l’Association des jeunes professionnels maghrébins (AJPM). Ingénieure de formation, cette Québécoise d’origine marocaine travaille à Aéroports de Montréal.

 

Effet Obama dans le sacre d'Ignatieff?

Michael Ignatief, Obama du Canada ? Pas vraiment ! Parce qu'il est fils d'immigrants ? Parce qu'il redonne un nouveau souffle à son parti ? Parce qu'il a un certain charisme ? Ce n'est pas suffisant. Obama fait lever les foules, Ignatief non. Obama donnait de l'espoir, Ignatief l'espoir que son parti remonte dans les sondages. Obama était rassembleur, Ignatief rassemble les libéraux. Obama maîtrisait l'art du discours, Ignatief sait bien parler.
 
Selon moi, Ignatief a de bonnes chances d'être un jour premier ministre du Canada, mais ce ne sera pas un gouvernement majoritaire. Il semble avoir beaucoup d'appuis au sein de son parti, mais ne fait pas nécessairement l'unanimité au sein de celui-ci (sinon, comment Stéphane Dion aurait pu gagner la dernière course à la chefferie).
 
Si on se contente de Michael Ignatief comme notre équivalent "Obama"....c'est que nous avons perdu l'espoir...

Voir les commentaires des autres blogueurs sur cet article

La diversité et le rêve québécois ou canadien

Je pense, par les temps qui courent, qu’il est beaucoup plus facile de réaliser un rêve canadien qu'un rêve américain. Le rêve américain c'est quoi : la chance pour n'importe quel immigrant de réussir et de devenir prospère.

Grâce aux différents programmes sociaux existant au Québec ou au Canada, comparativement au système social américain, tout le monde peut aspirer à être n'importe qui. On dispose d’une longueur d'avance sur les USA. Il y a moins de chance ici d'être dans la misère et de ne pas avoir de ressources pour pouvoir s'en sortir grâce aux programmes sociaux.

Nous avons la chance d'avoir accès aux «prêts et bourses» ainsi qu'à d'excellentes écoles à des coûts pratiquement nuls contrairement au calvaire auquel les jeunes moins fortunés ont dû faire face aux USA.

Nous avons aussi un système de santé de qualité gratuit et des médicaments à prix subventionnés. Nous avons de l'assurance-emploi et de l'assurance-chômage ainsi que des formations payées par Emploi-Québec si jamais des gens veulent se recycler pour améliorer leur formation.

Avec tout cela, pourquoi ne serait-il pas possible de réaliser un rêve canadien. Vous voulez démarrer une entreprise? Nombreux sont les organismes qui aident à monter des plans d'affaires (gratuitement), à donner des subventions, des bourses, des prêts, etc.

Vous voulez retourner aux études? On vous  paie pour y aller. Vous voulez choisir où habiter, quel métier exercer, quelle religion pratiquer? vous êtes  libre de faire ce que vous voulez!

Oui, le rêve canadien est possible, mais encore, faut-il la volonté et la motivation pour y arriver.


Voir les commentaires des autres blogueurs sur cet article

Les immigrants ne votent pas, est-ce vrai?

Je suis tout à fait de cet avis avec preuve à l'appui. De toute façon, c'est très facile de le constater et ce n'est pas qu'une rumeur puisque les statistiques le prouvent. Pour ma part, ayant travaillé bénévolement dans plusieurs campagnes électorales fédérales, provinciales et municipales, je peux vous garantir que, pour une fois, les médias ont tout à fait raison.
 
Lorsque l'on fait du pointage dans une élection (appeler les électeurs pour déterminer s'ils vont voter et si oui pour qui), on catégorise également les électeurs (s'ils sont arabes, latinos, chinois, etc.). Cette procédure est utilisée par plusieurs partis politiques afin de faire appeler des gens d'une même communauté (exemple, si un arabe appelle un arabe, il aura plus de chances de lui faire confiance et de voter pour le candidat).
 
De plus, ça permet aux partis politiques de savoir quels sont les électeurs qui leur sont favorables, qui votent et sur qui ils peuvent compter. Le jour des élections, le DGE nous remet la feuille de pointage afin de savoir qui a voté (sans savoir pour qui). Pour ceux qui ont fait un bon pointage, cela permet de voir qui a dit qu'il irait voter et qui est allé voter (pour ne pas l'appeller et lui rappeler de voter).
 
Dans toutes les élections auxquelles j'ai participé, sans exception, la majorité des membres des communautés culturelles identifiés lors du pointage, ne sont pas allé voter et c'est encore pire si on parle des élections municipales.
 
Par contre, si on sépare les communautés, certaines sont très bien organisés et font leur devoir de citoyen et vont voter (par exemple les communautés juives et italiennes sont de très bons exemples de participation civiques et ne devraient pas être inclus dans cette affirmation).
 
Pour d'autres communautés, l'intérêt à la politique québécoise et canadienne s'est très peu manifestée et ils ne voient pas encore les avantages d'aller voter. Souvent, ces communautés ont perdu confiance dans le système politique de leur pays d'origine et ils ne voient rien de différent avec la politique d'ici.
 
D'autres, ne s'approprient pas la politique canadienne et québécoise et ne se sentent pas du tout concernés (surtout quand on parle de la poltique municipale). Ils laissent la politique aux Québecois, ne se sentant pas Québécois eux-mêmes. De plus, le manque de représentativité des membres des communautés culturelles dans les sphères poltiques, incitent ces gens à ne pas s'identifier et à ne pas s'impliquer. Si on regarde le nombre de conseiller municipaux issus des communautés culturelles à Montréal versus la proportion d'électeurs ayant d'autres origines que québecoises, il y a de quoi se poser des questions.
 
Il est à noter, que c'est très différent dans l'Ouest canadien, où il y a déjà eu un premier ministre d'origine indienne et où le port du turban à la chambre des députés n'est pas à l'ordre du jour. Cela prendra du temps avant que les choses soient ainsi chez nous au Québec?

Voir les commentaires des autres blogueurs sur cet article

Les couples mixtes sont nombreux au Québec

C’est une question très difficile à répondre étant donné que cela dépend de plusieurs facteurs : le type de culture, le nombre d’années au Québec, la religion, la langue, etc. Par exemple, un Français de France et une Québécoise ont des cultures différentes mais ils sont beaucoup plus proches l’un de l’autre qu’un Arabe et une Québécoise.


Quand on parle de couples mixtes au Québec, on parle également de couples qui ont tous les deux des origines venant d’ailleurs (exemple une personne latino-américaine en couple avec une personne asiatique). On peut aussi être né au Québec de parents immigrants et être en couple avec une personne originaire du même pays (mais né dans le pays d’origine) et avoir des cultures différentes.


De plus, la culture du Québec est différente de celle des autres provinces et celle d’un Montréalais est différente d’une personne originaire d’une région québécoise. Donc, les facteurs de différences de cultures sont multiples et il devient de plus en plus rare d’avoir des couples ayant exactement la même culture.


Ce phénomène n’est pas uniquement relié au Québec. Toronto, étant la ville la plus multiethnique au monde, a également de plus en plus de chances de voir se former des couples d’origines extrêmement opposées.

Avec la mobilité de la main d’œuvre, ce phénomène se présente de plus en plus à travers le monde, aux États-Unis, en Europe, etc. Je crois que tout réside dans les valeurs de chacun. Il est plus facile de vivre une relation avec quelqu’un qui partage les mêmes valeurs que nous peu importe sa culture que l’inverse.

Par exemple, deux personnes partageant la même religion vont être beaucoup plus sur la même longueur d’ondes peu importe leurs origines que deux personnes nées au Québec mais issues de religions différentes. De plus, la classe sociale, l’éducation, l’environnement familial, ont des rôles à jouer dans la culture des individus et non pas seulement le pays d’où l’on vient.


Je rêve d’un jour où l’on ne fera plus cette distinction de cultures et d’origines. Et ce jour-là,  on dira plutôt que nous sommes tous des habitants de la terre et que nous partageons tous des valeurs de paix, de respect et de partage.


Voir les commentaires des autres blogueurs sur cet article

La diversité commente le départ de Mario Dumont

Je crois que Mario Dumont a été un politicien qui a grandement contribué au développement du Québec. Malgré le fait qu'on ne soit pas d'accord avec les idées qu'il a propagées, sa façon de faire, son "surfing" politique.

Tout le monde est sans doute d’avis que Mario Dumont  a apporté des idées et débattu de bien des aspects de la politique québécoise. Il serait cependant osé de dire qu'il s’inscrit dans la lignée des plus grands politiciens.

On notera de lui qu’il a quand même pu rassembler une bonne frange de l'électorat québécois. Pendant des années, il a été seul à l'Assemblée nationale et il a résisté malgré vents et marées. Il n'a jamais démontré qu’il était un désespéré. Il était génial dans sa ruse à «sortir des lapins de son chapeau» et il était le champion du «clip politique»(le meilleur extrait succinct, imagé et prêt à diffusé en ondes).
 
Combien d'hommes ou femmes au Québec ont fait preuve d’autant de leadership et ont réussi à provoquer un séisme politique en faisant passer la députation de l’ADQ  à l’Assemblée nationale de 5 membres à plus d'une quarantaine de députés en l’espace d’une seule élection?

Est-ce que je le considère comme un homme politique d'envergure? Si on fait une analyse comparative qui tienne compte du profil des grands leaders à l’échelle internationale, je dirais non. Cependant, si notre comparaison se circonscrit à l'histoire de la politique québécoise, je ne peux dire que oui. Le Québec n'a pas un nombre infini de politiciens d’envergure et les Québécois  ne sont pas non plus un peuple fortement politisé (le taux de participation aux dernières élections fournit un très bel indice en ce sens).

Voir les commentaires des autres blogueurs sur cet article

Rencontre historique à Ottawa entre deux chefs d'États noirs

Selon moi, le message serait fort s'il avait été médiatisé, mis en importance ou diffusé largement. Comment peut-on parler de rencontre historique en sachant que Michaëlle Jean n'a aucun pouvoir ou aucune influence sur le monde politque, l'économie ou la legislation?
 
Il est vrai que c'est un bon début de voir que des gens issus de différents milieux, provenant d'origines culturelles diverses se retrouvent à des sphères qui auparavant étaient innaccessibles. Mais, on est loin de la coupe aux lèvres.
 
La diversité sera présente quand les cabinets ministériels représenteront la population multiethnique Dans le cabinet de Stephen Harper : aucun Noir, aucun Musulman, aucun né ailleurs, seulement deux ou trois avec des origines étrangères. À peine 10 % de diversité comparativement au cabinet de Barack Obama où l'on retrouve plus de la moitié de son cabinet avec d'autres origines que "blanche anglophone".
 
Je dirais plutôt que c'est un moment d'espoir de voir que les choses peuvent changer, que tout est possible et qu'il y aura probablement du changement dans les années à venir. Par contre, pour cela, il faut que les minorités se lèvent et travaillent fort. Lorsque les électeurs issus des minorités ethnoculturelles ne vont pas voter (les statistiques démontrent qu'ils sont moins de 50% à le faire), comment pouvons-nous nous plaindre de ne pas retrouver de diversité au sein de nos gouvernements.
 
N'attendons pas d'avoir un candidat noir à la chefferie de l'État pour que les Noirs aillent voter (comme l'on fait les Américains). Il faut faire entendre nos voix dès que l'occasion se présente. Les décisions se passent autant sinon même plus autour des chefs d'États. Assurons-nous que la diversité se fasse et transcende tous les paliers de gouvernement et les institutions! À ce moment là, nous pourrons parler de changement historique.

Voir les commentaires des autres blogueurs sur cet article

 




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 
Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS
Publicité
Bannière

Autres Titres dans Blogueurs

Julie Dufresne 19 Février 2009

Shanmugasunder Chetty 18 Février 2009

Marjorie Théodore 18 Février 2009

Zénon Mazur 18 Février 2009

May Chiu 18 Février 2009

Publicité
Bannière
Média Mosaïque on Facebook

Nos Titres dans Twitter

Publicité
Bannière

MosaïZOOM

 

Pourquoi le MosaïZOOM? Donald Jean, l'initiateur, répond (VIDÉO)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Quid du MosaïZOOM? Quelle en est sa portée? Le mieux placé pour en parler demeure bien évidemment l'initiateur de cette nouvelle affiche, en la personne de Donald Jean? En effet, selon le PDG de Médiamosaïque, cette initiative ''envoie un puissant message en termes de consolidation (du) positionnement'' de son organisation.

 

Luciano Del Negro nommé président du Conseil Éditorial de Médiamosaïque

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Luciano Del Negro vient d'être investi dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil Éditorial de l'Agence de presse Médiamosaïque. L'annonce a été faite lors de la première édition du MosaïZOOM, le cocktail de la rentrée de la diversité, qui s'est déroulé à la Tour Banque Nationale le 20 octobre dernier à Montréal.

 

L'Agenda de l'année de la diversité dévoilé au MosaïZOOM (COMMUNIQUÉ)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Coup d'envoi ce jeudi 20 octobre de la première édition du MosaïZOOM. L'événement, qui a eu lieu, comme annoncé, à la Tour Banque Nationale, s'est déroulé en présence d'un public ravi de l'initiative. Réalisé par l'Agence de presse Médiamosaïque et présenté par la Banque Nationale, le MosaïZOOM a levé le voile sur un chronogramme d'activités destinées à faire briller la diversité à travers le Québec et dans le Canada.  

 

Grand comeback du premier blogue de la diversité!

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Après avoir fracassé des records d'audience ou de consultations sur la plateforme de Médiamosaïque, le premier blogue de la diversité effectue son grand comeback cet automne. Avec une palette de thématiques et de nouvelles têtes d'affiche, le MosaïBLOGUE revient en force, et ce, pour la plus grande délectation des lecteurs.