Bannière

Media Mosaique

Mardi, 21 Novembre 2017
Accueil

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

Nombreux sont les couples mixtes au Québec. Pensez-vous que c'est facile de vivre une telle relation quand votre conjoint(e) est issu(e) d'une culture différente de la vôtre?

 

Commentaire de
Voir le profil de

Si nous regardons la question historiquement, le mariage mixte fut plus que problématique. Même au début du 20e siècle chez nos voisins du sud (USA), le mariage mixte était considéré comme une anomalie.

Au Texas le mariage entre une mexicaine et un blanc privait ce dernier  le privilège d’appartenir aux multiples associations. Pourtant le mélange ou le croissement produit souvent de meilleurs grains. L’histoire nous a démontré encore une fois.

Pourtant le problème le plus difficile reste  à résoudre. Et cela réside dans les mœurs, dans les rites et croyances, bref dans la culture des populations.

Disons que l’amour  est aveugle, cependant, il est préférable de rester rationnel dans la vie. Car, dans les couples mixtes, après le temps d’euphorie, arrive la réalité de la vie quotidienne.  Souvent deux problèmes surgissent: incompatibilité culturelle et confessionnelle. Quel dommage!

Commentaire de
Voir le profil de

C’est une question très difficile à répondre étant donné que cela dépend de plusieurs facteurs : le type de culture, le nombre d’années au Québec, la religion, la langue, etc. Par exemple, un Français de France et une Québécoise ont des cultures différentes mais ils sont beaucoup plus proches l’un de l’autre qu’un Arabe et une Québécoise.


Quand on parle de couples mixtes au Québec, on parle également de couples qui ont tous les deux des origines venant d’ailleurs (exemple une personne latino-américaine en couple avec une personne asiatique). On peut aussi être né au Québec de parents immigrants et être en couple avec une personne originaire du même pays (mais né dans le pays d’origine) et avoir des cultures différentes.


De plus, la culture du Québec est différente de celle des autres provinces et celle d’un Montréalais est différente d’une personne originaire d’une région québécoise. Donc, les facteurs de différences de cultures sont multiples et il devient de plus en plus rare d’avoir des couples ayant exactement la même culture.


Ce phénomène n’est pas uniquement relié au Québec. Toronto, étant la ville la plus multiethnique au monde, a également de plus en plus de chances de voir se former des couples d’origines extrêmement opposées.

Avec la mobilité de la main d’œuvre, ce phénomène se présente de plus en plus à travers le monde, aux États-Unis, en Europe, etc. Je crois que tout réside dans les valeurs de chacun. Il est plus facile de vivre une relation avec quelqu’un qui partage les mêmes valeurs que nous peu importe sa culture que l’inverse.

Par exemple, deux personnes partageant la même religion vont être beaucoup plus sur la même longueur d’ondes peu importe leurs origines que deux personnes nées au Québec mais issues de religions différentes. De plus, la classe sociale, l’éducation, l’environnement familial, ont des rôles à jouer dans la culture des individus et non pas seulement le pays d’où l’on vient.


Je rêve d’un jour où l’on ne fera plus cette distinction de cultures et d’origines. Et ce jour-là,  on dira plutôt que nous sommes tous des habitants de la terre et que nous partageons tous des valeurs de paix, de respect et de partage.

Commentaire de
Voir le profil de

D’une manière générale, je pense que tous les couples ont assez de défis à relever le fait même que les gens  choisissent de vivre en couple. Maintenant, les différences culturelles augmentent le niveau de complexité dans la relation entre les membres d’un couple mixte.


À mon avis, les différences culturelles exigent que les  négociations occupent une place de premier rang au sein des couples mixtes.  Une autre différence se trouve dans l'existence ou non de la famille élargie, qui pourrait être une aide ou un autre défi, dépendamment du point de vue.


Être en couple mixte, dont un membre vient de la majorité et l'autre d'une minorité, pourrait aussi favoriser  de l’injustice si la personne issue de la culture minoritaire doit être assimilée à la culture dominante.

Commentaire de
Voir le profil de

Les couples mixtes sont nombreux au Québec. Pensez-vous que c’est facile de vivre une telle relation quand son conjoint(e) est issu(e) d’une culture différente de la sienne?


Au Québec, de nos jours, les jeunes se retrouvent entre eux sans barrière aucune. Ils fréquentent les mêmes écoles et se retrouvent dans les mêmes lieux de loisirs. Ils voyagent de plus en plus jeunes, soit pour approfondir d’autres langues ou tout simplement par intérêts. L’ouverture vers la culture de l’autre se fait rapidement aidée des initiatives scolaires relatives au multiculturalisme.


Avec cette ouverture d’esprit, caractéristique de nos sociétés modernes, les résistances et les barrières tombent. Aujourd’hui, les jeunes, plus scolarisés, sont mieux outillés quand ils s’engagent dans une relation conjugale avec un(e) partenaire issu(e) d’une culture différente.


Les couples mixtes actuels, en particulier, ceux de la nouvelle génération, confrontent moins de problèmes liés à une différence culturelle.

Commentaire de
Voir le profil de

Voici un sujet très délicat! J'ai dû réfléchir longtemps avant de répondre à cette question.

D'abord, je crois qu'il est bon d'aborder ce sujet avec un peu de perspective historique. Il y a une centaine d'années, il aurait été quasiment impensable de voir un couple mixte. Il y a une cinquantaine d'années, il y avait des couples mixtes, mais ils étaient très rares. Ce n'est que depuis une trentaine d'années qu'il est devenu normal de voir des couples mixtes. Il s'agit d'une des nombreuses transformations sociales qui continuent à façonner la société occidentale.

De nos jours, la plus grande opposition à des couples mixtes ne provient pas de la société en générale, mais plutôt des familles et des proches des personnes concernées. Je peux très bien comprendre le père musulman qui voudrait que sa fille épouse un jeune homme musulman ou la mère québécoise «de souche» qui voudrait que son fils se trouve une conjointe québécoise. Selon moi, on ne devrait pas être accusé d'intolérance ou de racisme si on désire que ses valeurs et ses coutumes soient transmises à la prochaine génération.

Justement, que devient-il des enfants de couples mixtes? J'en connais qui s'identifient parfaitement aux cultures des deux parents, j'en connais d'autres que ne s'identifient qu'à la culture d'un de leurs parents et j'en connais aussi qui rejettent les cultures des deux parents pour s'immerger entièrement dans la culture « mainstream ».

Ceci étant dit, je crois que la facilité de vivre une relation mixte dépend entièrement de la facilité de chacun des partenaires à accepter les différences de l'autre et à gérer les pressions externes qui pourraient apparaître. Ceci peut se vivre de façon très différente pour différentes personnes. Il est simplement impossible de généraliser.

En terminant, je crois qu'on doit tous se poser les mêmes questions avant d'entreprendre une nouvelle relation, que ce soit dans un couple mixte ou non. Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on perd? Et quel est le potentiel à long terme? De nos jours, nous avons la possibilité d'essayer, d'échouer et de réessayer en matière d'amour. À chacun ses choix... en espérant qu'ils seront les bons!

Commentaire de
Voir le profil de

Du latin mixtus ou mêlé en français, la mixité a toujours accompagné l’être humain, mais aussi les espèces animales ou végétales.  Il suffit de penser seulement aux premiers colons et aventuriers, anglais, écossais ,irlandais ou autres européens venus coloniser ce vaste territoire devenu le Canada, pour mieux saisir l’ampleur du métissage dans ce pays. Territoire autrefois déjà habité, il en va de soi par des peuples péjorativement appelés Indiens devenus aujourd’hui les Premières Nations, les Canadiens d’aujourd’hui sont tous de prés ou de loin des sang-mêlé.


Le phénomène de mixité ne date guère d’aujourd’hui.  De l’homo sapiens sapiens actuellement à l’homo neandertalensis, l’aventure humaine a été le fruit des rencontres, des croisements, des fusions, d’assimilation ou d’intégration pour former cette espèce  que nous sommes aujourd’hui.


Une société ne peut  être statique, elle ne peut qu’être dynamique, et cela  pour sa propre survie.
L’immigration, même si elle répond à des impératifs économiques, on sait fort bien, qu’elle est aussi dictée par des attentes démographiques. Les États-Unis l’ont si bien compris qu’ils en font même l’étalage.


Le Canada ne peut pas être du reste. Son visage est en train de changer autant que celui de sa population. On n’en rencontre de toutes les couleurs, de toutes les cultures, et de nationalités différentes.  La notion de race aujourd’hui n’existe pas, puisqu’il n’existe qu’une seule race, c’est la race humaine.  De ces rencontres naissent des amours et des mariages, qui sont en train de donner un regard cosmopolite du pays.


 La question de savoir, s’il est possible de vivre une relation harmonieuse ou facile avec une personne d’une autre culture, ne se pose souvent qu’en termes de stéréotypes  et de préjugés, véhiculés toujours par des courants, des écoles de pensée sournoisement racistes. Cela n’exclut pas, des divergences (là ou il y a divergence, il peut aussi avoir convergence) dans ces rencontres, qui peuvent perturber certains rapports hérités non de l’intelligence mais du statu quo.  C’est ce qu’on a souvent tendance à appeler  le choc des cultures.  Mais cela est souvent surmontable, quand on regarde l’autre avec les yeux du cœur, et de l’esprit.  La meilleure communication, le dialogue, l’écoute et tant d’autres facteurs de respect et de compréhension feront le reste. D’ailleurs aucune vie de couple n’est facile.  Il faut toujours travailler quotidiennement les rapports de couple, autant que les rapports humains, car rien n’est acquis d’avance. Tout se construit et se bâtit au fur et à mesure.


Des couples  de même culture, peuvent avoir des appréciations  différentes et conflictuelles, mais cela ne sera jamais jugé de la même façon, que si l’un des membres du duo est d’une autre réalité. L’étranger de Albert Camus, ou le survenant de Germaine Guèvremont peuvent en témoigner sur ce qu’est l’autre.


 On s’enrichit toujours d’ailleurs au contact de l’autre.  Les problèmes de couple doivent se régler en couple et non avec les yeux de la culture, de la religion ou de la nationalité. Le Québec de demain autant d’ailleurs que le monde, ne peuvent avoir d’avenir que dans le métissage. Rendons hommage au chantre de la francophonie et de la négritude le poète Léopold Sedar Senghor, qui disait que l’avenir appartient au métissage. La mixité c’est la mondialisation en miniature, c’est  le prélude des changements de mentalité, et le métissage qui en résulte, la pierre essentielle  pour bâtir l’humanité de demain.


Nul ne peut mieux exprimer la richesse de la mixité que l’auteur  L. Sabbar. Son livre «le Fou de Sherazade» fait l’éloge de la mixité qui est pour lui plus que nécessaire. La mixité, comme le soulignait si bien Rachid Raïssi, est le déterminant commun de l’humanité. Le Québec ne peu plutôt que s’enorgueillir.

Commentaire de
Voir le profil de

Je crois que de vivre une relation avec un conjoint issu d'une culture différente à la sienne n'est pas facile à priori, puisque les couples mixtes sont avant tout des couples atypiques. À ce titre, ils font face à des formes de préjugés semblables à ceux que vivent les couples de même sexe ou encore ceux ayant une différence d'âge importante.

Le couple doit donc faire fi du regard souvent curieux des passants, des questions et de la curiosité quelque fois mal placée de l'entourage. Également, ce genre de relation demande une forme d'adaptation et une dose de subtilité afin de s'approprier les mœurs et coutumes de l'être aimé tout en conservant sa culture et ses valeurs propres.

Il faut être prêt à explorer des sentiers inconnus et faire preuve d'une très grande ouverture d'esprit lors de cette découverte. On n'a qu'à penser à la place que revêt la famille ou la religion, à la façon d'apprêter la nourriture, à la relation vis-à-vis de l'autorité ou encore à la consommation d'alcool qui diffèrent énormément, selon la culture ou la religion à laquelle on appartient.

Également, il ne faut pas faire fi de la place des médias qui joue un rôle déterminant dans la perception de la population face aux couples mixtes. Je pense par exemple à des films comme «Jamais sans ma fille» qui ont marqué l'imaginaire de beaucoup de femmes, notamment de celles qui sont mères ou encore aux films de Danny Laferière qui traitent souvent de la sexualité des hommes noirs et de la perception qu'en ont les femmes. À ce titre, les médias sont souvent le véhicule privilégié des préjugés.

Il reste que lorsque les différences culturelles sont trop importantes un des partenaires doit souvent faire de lourds compromis au niveau de ses valeurs ou de ses habitudes de vie afin d'être accepté au sein de la famille ou du groupe auquel appartient l'autre membre du couple s'il ne veut pas se retrouver isolé.

Je crois toutefois que, pour la majorité des couples mixtes, la découverte des différences culturelles n'amène qu'un peu de piquant à la relation et vient enrichir les connaissances réciproques des partenaires. Tout dépend de l'attitude des membres du couple, s'ils éprouvent de la fierté à être avec quelqu'un qui ne leur ressemble pas, de prime abord, la relation doit s'en trouver nettement facilitée.




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 

Commentaires  

 
0 #34 Mr Michelet Montina 2009-04-10 09:12 A mon avis l'amour ne devrait pas se baser sur une identité culturelle. Le couple doit se comprendre mutuellement pour survivre, car chacun a quelque chose à apprendre de l'autre et cela n'a aucun rapport avec la culture ou la nationalité. J'adore ma femme bien qu'elle soit espagnole et à chaque fois que nous regardons nos enfants nous sommes devenus encore plus amoureux. Citer
 
 
0 #33 Mr Michelet Montina 2009-04-10 09:10 A mon avis l'amour ne devrait pas se baser sur une identité culturelle. Le couple doit se comprendre mutuellement pour survivre, car chacun a quelque chose à apprendre de l'autre et cela n'a aucun rapport avec la culture ou la nationalité. J'adore ma femme bien qu'elle soit espagnole et à chaque fois que nous regardons nos enfants nous sommes devenus encore plus amoureux. Citer
 
 
+1 #32 Jackson Pierre 2009-04-06 12:04 Belle remarque Geneviève, tout à fait d'accord avec vous. Citer
 
 
+1 #31 Geneviève Chassé 2009-04-06 08:15 Pourquoi la race prime dans les interventions sur ce sujet. Hutington l'avait dit avec raisons, par les temps qui courent, tout pogne avec la culture. On dépasse les clivages raciaux, par contre, on a encore un gros gros problème avec un vrai dialogue interculturel. Citer
 
 
-1 #30 WALDENS NOEL 2009-04-06 05:07 Mon opinion est que l' amour n'a pas de couleur , na pas de frontiere, n' a pas de religion… L' amour est un sentiment pur, l' amour pardonne tout , lamour est patient .. l'amour rend heureux… le bonheur quoi…

Sans amour… on ne peut rien faire… le coté difficile de la chose… CEST TOUJOURS DANS LE REGARD DE LAUTRE…les jugements etc.. ceux qui s'aiment , s,aiment tout simplement et veulent heureux un point final…
ECRIVEZ MOI: noelwaldens@hot mail.com
Citer
 
 
0 #29 Jocelyn Nadeau 2009-04-06 05:03 Je sens mal vos propos M.Tremblay. Un enfant peu importe les circonstances, finira par se reconnaître. Obama n'a pas d'identité? Au contraire, ça permet aux enfants de mieux relativiser ce que nous sommes les humains. Citer
 
 
-2 #28 Ludovic Tremblay 2009-04-04 09:56 Pour que les enfants aient une identité avec laquelles ils se sentent à l'aise, ça ne se réalise pas dans un couple mixte. Je suis désolé pour bon nombre de vos blogueurs Citer
 
 
+2 #27 A. BENARIBA 2009-04-03 10:52 Je pense que les gens qui se lancent dans une pareille aventure n'ont qu'à être prêts dès le départ. Une fois que l'amour est le premier critère du lien qui les unit, ils seront prêts à surmonter toutes les différences possibles. Citer
 
 
0 #26 Raùl Dominguez 2009-04-03 07:50 Écoutez, moi aussi,(latino) je forme un beau couple mixte avec une quebecoise de souche. Et l'on s'aime à mourir, nos enfants sont cutes et son heureux d'apprendre de la culture de leurs père et mère. Citer
 
 
0 #25 Geneviève Chassé 2009-04-02 16:40 J'aimerais savoir qui pourrait s'opposer au métissage. Le fait de faire un croisement entre deux ça donne effectivement un beau mélange. Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Pourquoi le MosaïZOOM? Donald Jean, l'initiateur, répond (VIDÉO)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Quid du MosaïZOOM? Quelle en est sa portée? Le mieux placé pour en parler demeure bien évidemment l'initiateur de cette nouvelle affiche, en la personne de Donald Jean? En effet, selon le PDG de Médiamosaïque, cette initiative ''envoie un puissant message en termes de consolidation (du) positionnement'' de son organisation.

 

Luciano Del Negro nommé président du Conseil Éditorial de Médiamosaïque

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Luciano Del Negro vient d'être investi dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil Éditorial de l'Agence de presse Médiamosaïque. L'annonce a été faite lors de la première édition du MosaïZOOM, le cocktail de la rentrée de la diversité, qui s'est déroulé à la Tour Banque Nationale le 20 octobre dernier à Montréal.

 

L'Agenda de l'année de la diversité dévoilé au MosaïZOOM (COMMUNIQUÉ)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Coup d'envoi ce jeudi 20 octobre de la première édition du MosaïZOOM. L'événement, qui a eu lieu, comme annoncé, à la Tour Banque Nationale, s'est déroulé en présence d'un public ravi de l'initiative. Réalisé par l'Agence de presse Médiamosaïque et présenté par la Banque Nationale, le MosaïZOOM a levé le voile sur un chronogramme d'activités destinées à faire briller la diversité à travers le Québec et dans le Canada.  

 

Grand comeback du premier blogue de la diversité!

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Après avoir fracassé des records d'audience ou de consultations sur la plateforme de Médiamosaïque, le premier blogue de la diversité effectue son grand comeback cet automne. Avec une palette de thématiques et de nouvelles têtes d'affiche, le MosaïBLOGUE revient en force, et ce, pour la plus grande délectation des lecteurs.